"Avons-nous honte ?" : quand le Vatican doit s'expliquer à l'ONU sur la pédophilie

"Avons-nous honte ?" : quand le Vatican doit s'expliquer à l'ONU sur la pédophilie

DirectLCI
SCANDALES - Le Comité de l'ONU pour les droits des enfants a demandé jeudi au Vatican d'expliquer les mesures prises pour lutter contre la pédophilie dans l'Eglise. Un énorme scandale que le Saint-Siège est accusé d'avoir cherché à étouffer et minimiser.

Le Vatican va devoir rendre des comptes. Pour la première fois, l'Eglise a été sommée jeudi de donner des explications devant l'ONU sur les mesures prises pour lutter contre la pédophilie . En cause : un énorme scandale que le Saint-Siège est accusé d'avoir cherché à étouffer et minimiser.

"Quels changements ont été apportés au code de conduite pour prévenir ces abus sexuels? Quelles sanctions ont été prises contre les clercs ayant eu une conduite inappropriée?", a demandé ce jeudi au Vatican Sara Oviedo. Cette dernière fait partie du comité pour les droits de l'enfant de l'ONU, dont les recommandations (donc non obligatoires) seront publiées le 5 février. "Nous savons que des progrès ont été faits", mais "est-ce que les enfants (...) ont la possibilité d'être entendus, surtout s'il s'agit de victimes?", a-t-elle ajouté, demandant s'il existait un mécanisme au sein de l'Eglise pour permettre aux enfants de faire part des violences sexuelles dont ils peuvent être l'objet.

"Avons-nous honte ?"

Le Vatican, qui a pris la parole en premier lors de la session, a pour sa part défendu son action devant l'ONU en matière de lutte contre la pédophilie dans l'Eglise. "Ceux qui commettent des abus se trouvent parmi les membres des professions les plus respectées, et malheureusement, y compris par les membres du clergé et parmi d'autres représentants de l'Eglise", a déclaré le représentant du Vatican auprès des Nations unies à Genève, Silvano Tomasi. Avant d'appuyer : "L'Eglise catholique veut devenir un exemple de bonne conduite". 

La session de Genève survient à un moment où la pédophilie dans l'Eglise fait encore la une dans plusieurs affaires : la direction du mouvement conservateur des Légionnaires du Christ, encore discrédité par le scandale de pédophilie dans lequel est impliqué son fondateur, le père mexicain Marcial Maciel, est réunie pour procéder à sa refonte. Le Saint-Siège a notamment refusé en décembre au Comité de l'ONU de répondre à un questionnaire envoyé en juillet concernant les dossiers de pédophilie sur lesquels la Congrégation vaticane pour la doctrine de la foi (CDF, ancien Saint-Office) enquête.

Le Vatican estime que son enquête ecclésiastique doit être tenue secrète pour protéger témoins et victimes, et qu'il n'est pas compétent pour la collaboration entre Eglise et justices nationales. Mais au moment où les représentants du Saint-Siège étaient sous le feu des questions de l'ONU, le pape François en personne, qui a récemment décidé de s'emparer du sujet, abordait cette délicate question. "Avons-nous honte ? Tant de scandales que je ne veux pas mentionner individuellement, mais que tout le monde connaît !", s'est exclamé François, pendant la messe matinale à la résidence Sainte-Marthe, dans une allusion transparente aux actes de pédophilie, mais aussi de corruption, commis par des membres du clergé catholique sur les cinq continents.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter