Bangkok : 25.400 euros offerts pour l’arrestation du suspect au T-shirt jaune, qui parle "une langue étrangère"

International
RÉCOMPENSE - A Bangkok, la police est toujours à la recherche du suspect de l'attentat commis lundi soir, identifié sur les images de vidéosurveillance, et de possibles complices. Une récompense de 25.400 euros sera offerte pour toute information menant à son arrestation.

Il n'y a plus un suspect, mais trois. La police thaïlandaise a annoncé mercredi que deux nouvelles personnes avaient été identifiées sur des images de vidéosurveillance, soupçonnées d'avoir participé à l'attentat à la bombe qui a tué 20 personnes et blessé 123 autres lundi à Bangkok. Le chef de la police locale, Somyot Poompanmuong, avait déclaré à la presse que l'homme au T-shirt jaune n'avait "pas pu agir seul" et faisait partie d'un "réseau". L'attaque du sanctuaire ainsi que la bombe jetée près d'une station de métro aérien mardi après-midi pourraient d'ailleurs être l'œuvre d'un seul et même groupe.  

Mercredi, le portrait-robot du principal suspect a été diffusé par la police locale, qui précise que l'homme non identifié, plutôt jeune, a une chevelure brune très fournie et porte des lunettes noires. Le porte-parole de la police nationale Prawut Thavornsiri a précisé qu'un mandat d'arrêt avait été lancé contre cet homme, présenté comme "étranger" par la police thaïlandaise. D'après le mandat, émis par l'une des cours pénales Bangkok, il est soupçonné de "meurtre avec préméditation" et de complot entre autres charges.

Il pourrait être étranger ou thaïlandais

Depuis mardi, la police est à la recherche d'un suspect filmé par les caméras de vidéosurveillance en train de déposer un sac à dos au milieu de la foule quelques minutes avant l'explosion. Elle a lancé un appel à témoins mercredi matin et offre une récompense d'un million de bahts (25.400 euros) pour toute information menant à son arrestation.

L'avancée de l'enquête permet à la police d'affirmer que le suspect de l'attentat du sanctuaire a des complices. "Je suis convaincu que l'auteur n'a pas agi seul", a déclaré Somyot Poompanmuong, qui a précisé que le suspect "n'est peut-être pas étranger, il pourrait s'agir d'un Thaïlandais qui se déguise pour tromper la police".

Toutefois, mercredi, la police thaïlandaise a indiqué que le principal suspect a été entendu parlant une langue étrangère autre que l'anglais. Interrogé par des journalistes sur le fait de savoir si l'homme vu abandonnant un sac à dos peu avant l'explosion dans le temple parlait une langue étrangère, le porte-parole de la police nationale, Prawut Thavornsiri, a répondu : "Une langue étrangère, pas l'anglais".

Le sanctuaire a rouvert ses portes

Mercredi matin, plusieurs moines bouddhistes ont tenu une petite cérémonie pour la réouverture du sanctuaire du centre de Bangkok frappé par un attentat à la bombe lundi. Une dizaine sont venus prier à l'ouverture, entourés par des fidèles et des touristes.

Le lieu, fréquenté par de nombreux fidèles bouddhistes, a été restauré et seules les balustrades en fer tordues rappellent l’incident récent. Tous les éclats de verre, les morceaux de béton arrachés et les traces de sang ont été nettoyés et le cratère formé par la bombe a déjà été rebouché.

EN SAVOIR +
>> 
Explosion meurtrière dans le centre de Bangkok
>> 
Nouvelle explosion près d'une station de métro de Bangkok
>> 
Le bilan s'alourdit, un suspect identifié
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter