Banni à vie des USA pour voir consommé du cannabis dans le passé

DirectLCI
Aux Etats-Unis, de plus en plus d'Etats légalisent la consommation de la marijuana. Et pourtant aux frontières, les gardes continuent d'appliquer une règle des plus rigides : tout consommateur ou ancien consommateur de cannabis est interdit de territoire. C'est notamment le cas de Matthew Harvey, une jeune père de famille canadien. Des dérogations sont possibles mais elles coûtent très chères et la décision du Canada de légaliser cette drogue pourrait durcir les règles.

Aux Etats-Unis, de nombreux Etats ont choisi de légaliser ou de dépénaliser le cannabis. Dans l’Etat de Washington par exemple, il est possible de se procurer cette drogue en toute légalité. Mais tout n’est pas si simple. Alors qu’il voulait traverser la frontière entre Vancouver et Washington pour assister à un concert, Matthew Harvey a eu une mauvaise surprise. Les gardes-frontières lui ont posé une question qu’il croyait inoffensive à propos de marijuana. "Ils m’ont demandé si j’avais déjà fumé de manière récréative dans le passé. J’ai répondu : "qui ne l’a pas fait ?"", explique-t-il. "Et c’était fini, ils m’ont refusé l’entrée du territoire."

Ils m’ont demandé si j’avais déjà fumé de manière récréative dans le passé. J’ai répondu : "Qui ne l’a pas fait ?" Et c’était fini, ils m’ont refusé l’entrée du territoire. Matthew Harvey, Canadien

Matthew Harvey a voulu être honnête mais cela l’a conduit à un bannissement à vie des Etats-Unis. L’affaire remonte à deux ans, depuis il n’a jamais pu emmener sa fille de l’autre côté de la frontière. Peu importe la législation de l’Etat où ils se situent, les gardes-frontières suivent le Controlled Substances Act. Légalement tout consommateur ou ancien consommateur de cannabis est donc refoulé. 

Le Canada en passe de légaliser le cannabis

Les choses ne devraient pas s’améliorer depuis que le pays des caribous souhaite, lui aussi, légaliser la marijuana. Les contrôles aux frontières du nord du pays devraient en toute logique être plus fermes. Le Premier Ministre Justin Trudeau a lancé la machine législative. Il est d’ailleurs l’un des rares leaders à avoir avoué qu’il avait fumé des joints par le passé, "cinq ou six fois", selon ses dires. Muni de son passeport diplomatique, le chef de gouvernement pourra toujours se rendre sur le sol américain mais  en tant que simple citoyen, "il ne serait pas admis et aurait besoin d’une dérogation pour le reste de sa vie", remarque Len Saunders, un avocat américain.


1200 $ pour un laissez-passer

Des laissez-passer existent, mais cela a un coût : 750 dollars actuellement et ce chiffre devrait grimper prochainement à 1200 dollars. Pour obtenir cette dérogation, il faut également montrer patte blanche : examen médical par un médecin américain agréé, étude du casier judiciaire, enregistrement des empreintes digitales. Et cette démarche est à renouveler tout au long de sa vie.

(Notre) législation est bien plus efficace que la leurRalph Goodale, ministre canadien de la Santé publique

Le ministre de la Santé publique souhaite faire bouger les choses: "Nous allons travailler dur pour nous assurer que (les Américains) comprennent que nous allons vers une législation concernant le cannabis bien plus efficace que la leur."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter