Banques, agences de notation, patrons : les indépendantistes de Catalogne sous la pression des milieux économiques

ÉTREINTE - La pression s'accroît sur les dirigeants catalans. Deux des principales banques de la région menacent ainsi de transférer leur siège ailleurs en Espagne, tandis que l’agence de notation Fitch laisse planer la possibilité d’un abaissement de la note de la dette de la Catalogne.

L’anxiété est palpable. La pression s'est fortement accrue jeudi sur les séparatistes au pouvoir en Catalogne, les deux principales banques – Banco Sabadell et CaixaBank – de la région ayant menacé de transférer leur siège ailleurs en Espagne, tandis que l’agence de notation Fitch laisse planer l’éventualité d’un abaissement de la note de la dette de la région, déjà classée en catégorie spéculative "BB". Même avertissement du côté de Standard & Poor’s, qui, selon El Mundo, pourrait rétrograder la province en catégorie "B", soit, s’inquiète le quotidien, "au niveau de pays comme la Zambie, du Cambodge ou de la Jamaïque".


La raison avancée ? Des "événements imprévisibles" qui pourraient advenir ces prochains jours. Et de fait : alors que la Cour constitutionnelle espagnole a suspendu la séance prévue lundi au Parlement catalan, au cours de laquelle celui-ci envisageait une déclaration unilatérale d'indépendance, l’incertitude demeure. L'exécutif catalan incarné par Carles Puigdemont et la majorité parlementaire séparatiste (72 élus sur 135) ont, pour l’instant, toujours ignoré les décisions de la justice espagnole depuis qu'elle a déclaré le référendum d’indépendance "illégal" car contraire, selon elle, à la Constitution. Ils pourraient être tentés de braver à nouveau l’interdit. 

Instable, la situation ne semble pas en voie d’amélioration et les premières conséquences se font sentir. Banco Sabadell, deuxième banque de Catalogne et cinquième en Espagne, a ainsi annoncé le transfert à venir de son siège social à Alicante, au sud-est du pays, après la dégringolade de son cours en bourse la veille. La procédure, qui ne concerne pas le personnel, doit démarrer ce vendredi, a indiqué un porte-parole à l'AFP. CaixaBank, troisième banque d'Espagne, réunira pour sa part un conseil d'administration extraordinaire dans la journée pour décider elle aussi d'un éventuel changement de siège social.

En vidéo

Banco de Sabadell déménage son siège hors de Catalogne

La plus grande crainte de ces institutions financières est de se retrouver en dehors de la zone euro, ce qui leur ferait perdre leur accès au financement de la Banque centrale européenne. Bien qu’elles aient repris du poil de la bête à la Bourse de Madrid jeudi, c’est bien cet horizon bouché qui les a fait dévisser en début de semaine - Banco de Sabadell avait perdu près de 10% de sa valeur entre lundi et mercredi.


Mais les banques ne sont pas les seules à être inquiètes. Le Cercle d'Economia, important lobby patronal catalan, a en effet signifié "sa préoccupation maximale devant la possibilité d'une déclaration unilatérale d'indépendance". Jugeant qu’"une telle déclaration plongerait le pays dans une situation extrêmement complexe, aux conséquences inconnues, mais dans tous les cas très graves", l’association a par ailleurs dénoncé les violences "inexplicables" des autorités espagnoles pendant le référendum d'autodétermination. Pour les patrons catalans, la tension provoque "des dommages notables à la gestion des affaires courantes et au maintien de la reprise économique et de l'emploi". L’anxiété est plus que jamais palpable. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Indépendance de la Catalogne : la crise sans fin avec Madrid

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter