Barack Obama en Estonie pour adresser un message de fermeté à la Russie

Barack Obama en Estonie pour adresser un message de fermeté à la Russie

DirectLCI
UKRAINE - Le président américain a annoncé mercredi en Estonie, où il effectue une visite avant le sommet de l'Otan, de nouveaux exercices aériens américains dans les pays baltes. Une manière de mettre en garde Vladimir Poutine contre toute tentative de destabilisation de l'Europe de l'Est.

Une visite en forme d'avertissement. Alors que la tension ne cesse de croître en Ukraine, Barack Obama s'est posé mercredi à Tallinn, en Estonie, à un peu plus de 1000 km de Moscou. La venue du président américain dans cette ex-république soviétique intervient à la veille d'un sommet de l'Otan particulièrement attendu alors que la Russie, qui accuse les Occidentaux de jouer l'escalade dans la crise ukrainienne, a d'ores et déjà annoncé qu'elle réagirait à la "menace" d'un renforcement de la présence de l'Alliance près de ses frontières.

C'est dans ce contexte bouillonnant que Barack Obama s'est rendu mercredi en Estonie pour une visite hautement symbolique, où il doit rencontrer les présidents des trois Etats baltes. Tout en rassurant les pays frontaliers de la Russie sur l'engagement des Etats-Unis envers l'Article 5 du traité de l'Atlantique-Nord, pilier de l'Organisation, sur la défense collective des membres de l'Otan en cas d'agression extérieure, Barack Obama a adressé un message de fermeté à l'intention de Vladimir Poutine.

Nouveaux exercices aériens américains

Dans son discours à Tallinn, le président américain a ainsi renouvelé sa volonté de défendre l'Estonie qui "ne sera jamais seule" mais a surtout annoncé "de nouveaux exercices aériens américains dans les pays baltes". Une preuve de son engagement dans cette partie de l'Europe directement adressée à son homologue russe. Avant même ces déclarations américaines, la présidente lituanienne Dalia Grybauskaite avait manifesté mercredi sa satisfaction concernant l'engagement américain. "Face à l'agression russe, le ferme soutien manifesté par les Etats-Unis est extrêmement important pour les Etats baltes", a-t-elle commenté.

Barack Obama s'est par ailleurs montré prudent sur l'annonce intervenue peu de temps avant sa prise de parole sur un accord de cessez-le-feu permanent dans l'est de l'Ukraine trouvé entre les présidents ukrainien Petro Porochenko et russe Vladimir Poutine, jugeant qu'il était encore "trop tôt" pour se prononcer sur cet accord.

L'Otan en ordre de bataille

Au cours du sommet qui doit débuter jeudi au Pays-de-Galles, l'Alliance, dont l'Estonie est devenue membre en 2004, devrait adopter un plan de réactivité (Readiness action plan, RAP) visant à prévenir tout débordement du conflit ukrainien à d'autres pays limitrophes de la Russie également partie prenante de l'Alliance, comme les Etats baltes, la Pologne, la Roumanie ou encore la Bulgarie. Son secrétaire général, Anders Fogh Rasmussen, a ainsi déclaré se donner les moyens de déployer "en quelques jours" des milliers de soldats des armées de l'air, de terre, et de la marine, appuyées par des forces spéciales. Selon le New York Times, l'Otan mettrait actuellement sur pied une force de 4.000 hommes capables de répondre en 48 heures aux mouvements de troupes russes.

"Tous les faits témoignent de la volonté des autorités des Etats-Unis et de l'Otan de poursuivre leur politique de détérioration des relations avec la Russie", a de son côté réagi mardi Mikhaïl Popov, le secrétaire-adjoint du Conseil de sécurité russe.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter