Barack Obama, président du LOL

Barack Obama, président du LOL

DirectLCI
ETATS-UNIS - Une nouvelle fois, le dîner annuel donné samedi à la Maison-Blanche pour les journalistes politiques de Washington a été l'occasion pour le président Obama d'un festival de blagues.

C'est l'une de ces traditions américaines qu'on aurait du mal à imaginer en France. Le président Barack Obama s'est livré samedi soir à un véritable stand-up comique (mis en ligne par la présidence ICI ) lors du traditionnel dîner annuel donné à la Maison-Blanche pour les journalistes politiques de Washington. L'occasion de faire, une nouvelle fois, la preuve de son savoureux sens de l'humour, qui n'a rien à envier à celui de notre "Monsieur p'tites blagues" (François Hollande). Et dont voici la recette :

Mitonnez un petit film

Chaque année, la Maison-Blanche n'hésite pas à mettre en scène ses plus hauts responsables dans des petits films humoristiques. L'an dernier, c'était Barack Obama lui-même, jouant l'acteur Daniel Day-Lewis . Cette fois, c'est le vice-président Joe Biden qui se prête au jeu. Avec l'actrice Julia Louis-Dreyfus (qui campe une vice-présidente dans la série "Veep"), il s'introduit dans la Maison-Blanche grâce à une clé cachée sous un pot de fleur. Et ce, afin de se régaler dans les cuisines présidentielles de crème glacée... Quand soudain surgit la Première dame en personne. Apôtre du bien manger, Michelle Obama réprimande le couple, qui bat en retraite... laissant le champ libre à la tartuffe, qui se jette avec gourmandise sur le pot de glace. Woody Allen n'a qu'à bien se tenir !

Relevez avec une dose de médias bashing
Puisque l'événement rassemble tous les journalistes accrédités à la Maison-Blanche - mais aussi des célébrités, des personnalités politiques et des dirigeants des médias -, c'est le moment ou jamais pour le Président d'ironiser sur ceux qui ont passé leur année à critiquer son action. Barack Obama commence par la principale chaîne américaine : "Je viens de rentrer de Malaisie... C'est incroyable de voir ce qu'il faut parcourir comme distance pour que CNN parle enfin de vous !", lance-t-il. La chaîne d'info en continu a en effet couvert de façon tellement extensive l'histoire du Boeing disparu de la Malaysia Airlines que, pendant un temps, toutes les autres nouvelles en étaient occultées. "D'ailleurs, ce soir, je crois qu'ils sont toujours en train de rechercher leur table" au dîner, conclut en riant le Président.

Il s'en prend ensuite à la chaîne conservatrice Fox News, qui tape très fort sur le président démocrate. "Voyons les choses en face, Fox, je vais vous manquer quand je ne serai plus là. Vous allez avoir beaucoup plus de mal à convaincre les Américains qu'Hillary (Clinton, pressentie pour l'investiture de son parti en 2016, ndlr) est née au Kenya", tacle-t-il. En référence à l'idée qu'il est né au Kenya, lancée périodiquement par ses opposants les plus radicaux.

Assaisonnez l'adversaire
Aucun sujet n'est tabou à la Maison-Blanche. Pas même la crise actuelle en Ukraine, autour de laquelle s'affrontent les Etats-Unis et la Russie. A propos de Vladimir Poutine, son homologue russe, Barack Obama ironise sur la rumeur qui l'a un un temps cité comme possible prix Nobel de la Paix . "Ils le donnent à n'importe qui, donc pourquoi pas", plaisante le chef de l'Etat, qui a lui-même reçu le prix en 2009.

Un zest d'autodérision
En parlant d'autodérision, Barack Obama n'en est pas avare. "En 2008, mon slogan était Yes We Can ! En 2013, mon slogan était Ctrl+Alt+Sup !", blague-t-il, en référence aux nombreux problèmes informatiques qui ont marqué la mise en place de son fameux système d'assurance santé pour tous, réforme phare de sa présidence.

Une note familiale
Enfin, toujours sur le registre de l'autodérision, le père de famille rit des mauvais sondages qui le rendraient persona non grata dans son propre camp durant la campagne pour les législatives de mi-mandat. Barack Obama explique alors qu'il en est de même pour sa propre fille, Sasha, qui a dû inviter à l'école un intervenant à une journée portes ouvertes. "Elle a invité Bill Clinton", lâche le Président, l'air dépité, sous les rires de l'assistance.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter