Belgique : Abaaoud et les frères Abdeslam sur une liste de suspects dès le mois de juin

Belgique : Abaaoud et les frères Abdeslam sur une liste de suspects dès le mois de juin

DirectLCI
BELGIQUE - Selon France 2, Abdelhamid Abaaoud et les frères Abdeslam figuraient dès juin 2015 parmi une liste de 80 suspects radicalisés établie cette année par la Belgique.

Molenbeek, un quartier gangrené par le radicalisme ? Selon France 2, cette commune belge par laquelle plusieurs islamistes radicaux ont transité avait reçu en juin dernier une liste comportant 80 noms. Un document réclamé par la bourgmestre en janvier après les attaques déjouées de Verviers, et sur lequel figurait les noms de quatre terroristes impliqués dans les attentats de Paris.

Abdelhamid Abaaoud figurait ainsi sur cette liste, dans la catégorie "radicalisé, parti en Syrie". Les deux frères Abdeslam, eux, étaient présentés comme "radicalisés, appartenant à la mouvance islamiste". Enfin, Mohamed Abrini, l’homme visé par un mandat d'arrêt international depuis mardi, figure sous l’appellation "présumé en Syrie et présumé de retour".

EN SAVOIR + >> Suivez avec nous les événements en direct

"C’est à la justice de pouvoir les incarcérer"

Des informations alarmantes que la commune se défend d’avoir pris à la légère. C’est en effet Molenbeek – au même titre que les 19 autres communes composant l’agglomération de Bruxelles – qui a demandé à l’Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM), sous la responsabilité du ministère de la Justice et de l'Intérieur, de lui fournir une liste de suspects liés au terrorisme ou radicalisés, et qui avaient été identifiés sur son territoire. En juin 2015, une liste est donc transmise. Et la bourgmestre assure avoir adopté les mesures "dans la limite de ses compétences". "C’est à la justice de pouvoir les incarcérer", a estimé la bourgmestre Françoise Shepmans ce jeudi sur iTélé.

Parti en Syrie, Abdelhamid Abaaoud a seulement été... rayé des registres de la population de Molenbeek. Les frères Abdeslam ? Une une enquête administrative et de police avait été lancée. Mais leur contrôle, relevant de la police fédérale, n’aurait pas été effectué. Abrini ? La commune avait entrepris de le rayer de ses registres, n’ayant pas pu vérifier son retour sur le territoire belge. Un territoire visiblement touché par le radicalisme : selon France 2, sur cette liste figurait "une vingtaine de prédicateurs radicaux identifiés sur la commune de Molenbeek, qui compte à peine 100 000 habitants."

EN SAVOIR +
>> Le chauffeur présumé de Salah Abdeslam "transpire l'innocence"
>>  Attentats du 13 novembre : qui sont les suspects de Bruxelles ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter