"Ce carnaval est une honte" : à Alost, les caricatures antisémites ont défilé malgré les condamnations

"Une honte", "à vomir" : le carnaval d'Alost fait défiler des caricatures antisémites

ANTISEMITISME - Rayé du patrimoine immatériel de l'Unesco l'an dernier pour le défilé de caricatures antisémites, le carnaval de la ville flamande d'Alost a réitéré ce week-end, provoquant une nouvelle salve de condamnations.

"Une ville à vomir". "Une honte". Le carnaval de la petite ville flamande d'Alost (Belgique) a une nouvelle fois provoqué une salve de condamnations après avoir fait défilé des caricatures de juifs orthodoxes au nez crochus. L'an dernier, ce défilé vieux de 600 ans avait - pour ces faits - été  retiré de la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco... Ce qui n'a pas empêché l'apparition d'une caricature du même ordre, dimanche, lors de l'édition 2020.

"Ici on rit de tout ", assume le maire nationaliste

Le personnage grimé possède deux papillotes tombant d'un grand chapeau de fourrure noir, accessoire caractéristique des juifs orthodoxes,  certains allant jusqu'à ajouter à ce déguisement une muselière censée symboliser la "censure" imposée par le "politiquement correct". En parallèle, de nombreux calicots ont fait référence à l'Unesco, moquée en "Big brother" qui surveille et punit. 

Le maire de la commune, l'élu nationaliste flamand (N-VA) Christoph D'Haese, pointant du doigt les critiques "disproportionnées"  explique : "Ce n'est pas une parade antisémite, Alost n'est pas une ville antisémite. (...) Ici on rit de tout, de la famille royale, du Brexit, de la politique locale et nationale, et de toutes les religions, l'islam, le judaïsme, le catholicisme."

Lire aussi

"Liberté d'expression" ou "bêtise coupable" ?

Et de fait, sur les dizaines de chars défilant rituellement au premier jour du carnaval le dimanche précédent le mardi gras, devant des dizaines de milliers de visiteurs, l'humour à gros traits cible tous azimuts : les "fake news" de Jan Jambon (président N-VA de la Flandre) sur l'argent des immigrés, ou encore le difficile retour à la compétition de la joueuse de tennis Kim Clijsters, caricaturée en femme enceinte aux formes généreuses. Pour le maire, il faut prendre en considération "le contexte global" de l'événement, qu'il compare à un "rituel d'inversion" où, durant trois jours, "les pauvres deviennent riches, les riches deviennent pauvres, les hommes des femmes et les femmes des hommes"... 

Lire aussi

"Pas de place pour ça en Europe"

"Pour moi c'est clair: le carnaval d'Alost est une honte. Il doit cesser.  Pas de place pour ça en Europe", a twitté le commissaire grec Margaritis  Schinas, également vice-président de la Commission. "Une image calamiteuse de la Belgique", a déploré le maire de Burxelles, Philippe Close. Un porte-parole de l'exécutif européen avait auparavant condamné ces  caricatures, estimant qu'elle n'avaient "rien à faire dans les rues européennes  75 ans après la Shoah". 

De son côté, Johan Benizri, président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique, déplore que l'on "confonde liberté d'expression et bêtise coupable". Enfin, pour la Première ministre belge, Sophie Wilmès, il s'agira de voir "si les faits qui s'(y) sont déroulés enfreignent la loi", arguant que "l'utilisation de stéréotypes, de référents stigmatisant des communautés, des groupes humains sur base de leurs origines, conduit aux divisions et met en péril le vivre ensemble".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

EN DIRECT - Mort de Maradona : une veillée funèbre au palais présidentiel argentin

"Un chagrin presque insupportable" : Meghan Markle évoque sa fausse couche dans une poignante tribune

EN DIRECT - Election US : Trump appelle ses partisans à "inverser" le résultat, Biden lui répond

EN DIRECT - Covid-19 : l'Allemagne prolonge ses restrictions jusqu'en janvier 2021

Lire et commenter