Belgique : un homme politique soupçonné d'exhibitionnisme

International
SCANDALE - Soupçonné de faits d'exhibitionnisme, commis dans les toilettes d'une station-service d'autoroute, le président du Parlement de la Communauté francophone de Belgique, Jean-Charles Luperto, a annoncé lundi sa démission

Les faits se seraient produits aux abords de l'autoroute E42, dans les toilettes de la station-service de Spy , en Belgique. C'est dans ce lieu, qui serait fréquenté par les milieux gays, que Jean-Charles Luperto se serait rendu à plusieurs reprises. Problème, selon la presse belge : il aurait commis des faits d'exhibitionnisme sur des mineurs. Quatre plaintes auraient été déposée depuis le mois d'avril 2014.

Depuis que des perquisitions ont eu lieu à son domicile, le président du Parlement de la Communauté francophone de Belgique, Jean-Charles Luperto, est dans l'oeil du cyclone. Sous le coup de soupçons "d'outrage public aux moeurs en présence de mineurs de moins de 16 ans", il a annoncé sa démission de tous ses mandats : président du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ainsi que de maire de la commune de Sambreville.

Une étoile montante du socialisme

Pour autant, Jean-Charles Luperto a indiqué que cette démission n'était pas une preuve de culpabilité . Sa décision a été prise pour "assurer ma défense dans la sérénité et compte tenu que les accusations dont je fais l'objet nuisent à l'autorité indispensable au bon fonctionnement des institutions", a-t-i l précisé dans un communiqué, tout en indiquant espérer "pouvoir bénéficier, comme tout citoyen, de la présomption d'innocence, garantie démocratique de notre état de droit".

De nouvelles perquisitions ont été menées lundi dans des locaux du parlement francophone, où du matériel informatique a été saisi, après des fouilles la veille au domicile du suspect. Âgé de 40 ans, Jean-Charles Luperto était considéré comme une étoile montante du socialisme belge .

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter