Berlin dit avoir une "preuve sans équivoque" de l'utilisation d'un agent neurotoxique sur Alexeï Navalny

L'état de santé d'Alexeï Navalny est très préoccupant

RUSSIE - Le chef de l'opposition russe Alexeï Navalny a été victime d'une attaque et empoisonné avec l'agent neurotoxique de l'ère soviétique Novichok, a annoncé ce mercredi le gouvernement allemand, s'appuyant sur de nouveaux résultats de tests.

Les examens médicaux pratiqués sur Alexeï Navalny par un laboratoire de l'armée allemande apportent la "preuve sans équivoque" que l'opposant russe a été victime d'un empoisonnement "par un agent neurotoxique de type Novitchok", annonce le gouvernement allemand. 

"Il est choquant qu'Alexeï Navalny ait été victime d'une attaque avec un agent chimique neurotoxique en Russie", ajoute le porte-parole du gouvernement allemand dans un communiqué, demandant à la Russie des éclaircissements "urgents" sur cet empoisonnement.

La communauté internationale a largement critiqué ces nouvelles révélations. L'Union Européenne par la voix de la présidente de sa Commission Ursula von der Leyen a fustigé un "acte méprisable et lâche", réclamant que les auteurs de cet empoisonnement soient "traduits en justice". De leur côté, les Etats-Unis se sont dit "très troublés", estimant cet acte "absolument condamnable". La France s'est, elle, élevée contre "l'utilisation choquante et irresponsable" de l'agent neurotoxique de type Novitchok quand le Royaume-Uni demande que "justice soit faite".

Lire aussi

Le principal opposant à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, est toujours hospitalisé en Allemagne. L'homme politique russe est subitement tombé malade lors d'un vol de retour à Moscou depuis la Sibérie le 20 août et a été emmené dans un hôpital de la ville sibérienne d'Omsk après un atterrissage d'urgence de l'avion. Il a été transféré deux jours plus tard à Berlin. 

En 2018, les autorités britanniques avaient déjà identifié le Novichok comme étant le poison utilisé sur l'ancien espion russe Sergei Skripal et sa fille, alors en Angleterre. Moscou conteste toujours son implication.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 contaminations ces dernières 24 heures

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Lire et commenter