Berlin : une installation artistique avec un terroriste du Bataclan suscite l'indignation

Berlin : une installation artistique avec un terroriste du Bataclan suscite l'indignation

ART - En Allemagne, une installation artistique qui mêle des terroristes à certaines figures de la paix suscite l'émoi et l'indignation. Elle met en lumière le concept de martyr, selon les responsables de l'exposition.

Il arrive que, parfois, l'art suscite l'admiration ou l'émoi. Ici, c'est l'indignation qui prédomine. A Berlin, une installation de deux artistes danois exposée à la Maison des Artistes est à l'origine de plusieurs réactions sur les réseaux sociaux. En cause ? La présence de l'un des terroristes du Bataclan, Ismael Omar Mostefai et, entre autres, Mohamed Atta, l'un des terroristes du 11-septembre, entre Martin Luther King et Socrate, sur une œuvre intitulée "Le mur des Martyrs". 


C'est le journal Allemand Bild qui a dévoilé l'information et indique que les deux artistes danois, Ida Grarup Nielsen et Henrik Grimbach, avaient déjà présenté leur travail au Danemark et que celui-ci avait déjà essuyé de lourdes critiques. Pour Ricarda Ciontos, commissaire de l'exposition, "les artistes veulent élargir le concept de martyr". Mais en France, l'indignation monte. 

L'Ambassade de France est "consternée"

Les explications n'ont guère convaincu l'Ambassade de France, notamment, qui s'est dit "consternée" pour cette installation. "Un tel parti pris est profondément choquant. Tout en rappelant notre attachement à la liberté de la création artistique, nous dénonçons la confusion ainsi faite entre martyre et terrorisme", explique une source du Quai d'Orsay au Parisien

Nicolas Dupont-Aignan s'est lui aussi indigné  et a qualifié cette installation d'"injure aux victimes de l'islamisme". Quant à Eric Ciotti, il a jugé cela "honteux", comme on peut le voir sur leurs comptes Twitter respectifs. 

En vidéo

Deux rescapées du Bataclan témoignent : "c'est encore dans tout, c'est encore partout"

Quant aux victimes du Bataclan, elles se sont dites "révulsées", par le procédé. "On a toujours soutenu la création artistique, comme thérapie, notamment. Mais là, on est révulsés : il s'agit d'une provocation haineuse et intolérable à visée purement médiatique. Life for Paris a demandé le retrait immédiat de la photo incriminée", indique l'association Life for Paris à nos confrères du Parisien. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les attentats du 13 novembre, deux ans après

Plus d'articles

Sur le même sujet