Berlusconi en maison de retraite ?

Berlusconi en maison de retraite ?

DirectLCI
JUSTICE - Condamné dans le procès Mediaset, l'ancien président du Conseil italien pourrait effectuer des travaux d'intérêt général dans une maison de retraite. La justice italienne l'entendra demain puis décidera de la nature de sa peine.

Ce n'est pas vraiment le genre de personnes avec qui Silvio Berlusconi est habitué à passer ses journées... et ses soirées encore moins. Condamné à un an de prison pour fraude fiscale impliquant son empire audiovisuel Mediaset, l'ancien président du Conseil italien pourrait très prochainement être contraint de travailler une journée par semaine dans un établissement pour personnes âgées. Le Cavaliere, qui ne devrait pas être incarcéré en raison de son âge (77 ans), a en effet rendez-vous jeudi devant les juges, qui doivent trancher entre une assignation à résidence ou des travaux d'intérêt général.

Selon les médias italiens, ses représentants vont plaider pour la deuxième option. D'ores et déjà, les services sociaux du pays ont proposé qu'il travaille dans "une maison de retraite pour personnes handicapées". Selon le site avvenire.it , la charge ne serait pas trop lourde puisqu'il s'agirait "d'une journée par semaine, avec le choix entre le matin et l'après-midi". L'établissement élu se trouverait dans l'arrière-pays milanais.

Privé de parole à l'approche des élections européennes

Autre option : Berlusconi pourrait venir en aide aux animaux. Auteur d'une sortie remarquée il y a dix jours en faveur de l'adoption des centaines de milliers de chats et chiens abandonnées dans la Botte, le Cavaliere a été pris au mot par l'Association italienne pour la défense des animaux et de l'environnement. "Nous avons besoin de mesures concrètes. Berlusconi pourrait venir assurer une permanence pour nous", a ainsi réagi un responsable de l'association dans le quotidien La Stampa.

Suite à l'audience de jeudi, le tribunal aura cinq jours pour faire connaître sa décision. Une fois celle-ci rendue, la liberté d'action, de parole et de mouvement dont jouit actuellement Silvio Berlusconi – il ne peut toutefois se déplacer qu'à l'intérieur des frontières italiennes puisqu'il est privé de passeport – s'achèvera. Il ne pourra donc plus prononcer de discours et mener campagne. Une très mauvaise nouvelle pour celui qui reste le leader du parti de droite Forza Italia, en baisse dans les sondages à l'approche des élections européennes.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter