Birmanie : un touriste débranche le haut-parleur d'un temple parce qu'il ne supportait pas le bruit et termine en prison

DirectLCI
TAPAGE NOCTURNE - Un touriste Néerlandais a été condamné ce jeudi à "trois mois d'emprisonnement en camp de travail. Son "crime" : avoir débranché le haut-parleur d'un temple bouddhiste.

On ne rigole pas avec la religion en Birmanie. Un Néerlandais l'a appris à ses dépends ce jeudi après sa condamnation à trois mois de détention pour avoir débranché le haut-parleur d'un temple bouddhiste, une offense grave dans ce pays d'Asie du Sud-Est, comme le rapporte le Telegraph.


"Klass Haytema a été condamné à trois mois d'emprisonnement en camp de travail", a déclaré le juge du tribunal de Mandalay où s'est tenu son procès. Il a été condamné pour "insulte à la religion", délit passible de deux ans de prison en Birmanie, sous lequel tombe "quiconque perturbe volontairement une assemblée en train de procéder pacifiquement à un culte religieux", dit l'article en question.

Je voulais vraiment dormir, je ne supportais pas ce bruit.Klass Haytema

Fin septembre, à Mandalay où il séjournait, ce touriste de 30 ans était allé déconnecter les fils des hauts-parleurs d'un temple bouddhiste, excédé par le bruit du sermon qui était diffusé. La foule en colère l'avait suivi jusqu'à son hôtel, où il a été interpellé. 


Pour sa défense, Klass Haytema avait déclaré : "Je voulais vraiment dormir, je ne supportais pas ce bruit. J'ai regardé ce qui se passait devant l'hôtel et j'ai vu des enfants qui jouaient. J'ai cru qu'ils jouaient avec l'amplificateur, je ne savais pas que c'était un édifice religieux."

La Birmanie s'est ouverte aux touristes ces dernières années

Après des années sous la coupe de la junte militaire, la Birmanie s'est ouverte aux touristes ces dernières années, un engouement renforcé depuis l'arrivée au pouvoir du premier gouvernement civil dirigé par la Prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi.


Mais le pays connaît une montée du bouddhisme radical. Ainsi un touriste espagnol a déjà été expulsé du pays en juillet pour avoir arboré un tatouage de bouddha à la jambe, partie du corps considérée comme trop impure pour une image religieuse.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter