Black dot campaign : un point sur la main pour aider les victimes à dénoncer les violences conjugales

Black dot campaign : un point sur la main pour aider les victimes à dénoncer les violences conjugales
International

APPEL A L’AIDE - Black dot campaign, une campagne informelle lancée sur Facebook incite les victimes de violences conjugales à dessiner un point sur leur main pour demander discrètement de l’aide. Sur le réseau social, plusieurs femmes affirment que ce signe leur a donné le courage de parler et d’échapper à leur calvaire.

Appeler à l’aide, sans avoir à prononcer un mot. C’est l’idée de The Black dot campaign (la campagne du point noir), une campagne informelle lancée sur Facebook incitant les victimes de violences domestiques à dessiner un petit point noir dans la paume de leur main pour appeler à l’aide discrètement.

L’idée est simple : attirer avec ce signe de reconnaissance l’attention de proches, d’amis, de médecins ou même des services sociaux et, alors que les victimes ont souvent du mal à demander de l’aide de peur des répercussions, leur permettre de trouver la force de parler des abus qu’elles subissent. “La philosophie originale de cette campagne était de permettre à une victime de mettre un point sur sa main en présence d’une personne en qui elle a confiance, et de leur permettre de commencer une conversation, afin qu’elles puissent ouvrir cette porte et, ésperons-le, démarrer un processus de recherche d’aide professionnelle”, est-il expliqué sur la page Facebook dédiée.

Campagne virale

La campagne a été lancée anonymement par une ancienne victime de violences conjugales, qui dit avoir été abusée émotionnellement, physiquement et sexuellement, souligne le Huffington Post. Elle raconte que c’est son expérience qui l’a incitée à prendre cette initiative, car “autant de personnes souffrent en silence parce qu’elles ne peuvent pas demander de l’aide”. “C’est une idée, penser hors du cadre, essayer d’ouvrir les yeux et les oreilles du monde sur ce qui ce passe en termes d’abus”, dit-elle sur Facebook. “Le point noir pourrait aider des victimes à parler de l’abus qu’elles subissent et il est utile d’avoir une variété d’options car les situations des femmes varient beaucoup”, a de son côté salué auprès de la version britannique du Huffington Post Polly Neate de Women’s Aid , l’agence nationale mise en place en Angleterre pour aider les victimes de violences domestiques.

Et si la campagne n’a, pour l’instant du moins, pas bénéficié de la reconnaissance et de l’appui d’instances officielles, elle est rapidement devenue virale. La page Facebook dédiée, visiblement créée en septembre, revendique 4,8 millions de personnes atteintes et totalisait ce samedi 27.000 likes.

Critiques

Toutefois, les critiques sont nombreuses. Si certains estiment qu’un signe aussi discret qu’un point dessiné sur une main peut mettre en danger les victimes, les maris abusifs pouvant tomber sur l’information sur Internet, d’autres pensent au contraire qu’il n’est pas assez visible et peut être pris pour un grain de beauté. D’autres expliquent encore que les professionnels compétents en la matière n’ont pas été formés et ne savent pas ce que ce petit rond veut dire...

Mais ce point noir aurait déjà été utile à plusieurs femmes. Selon le New Zealand Herald , cet appel à l’aide silencieux aurait aidé 49 personnes à sortir de relations abusives. Au milieu des nombreux témoignages partagés par les internautes sur Facebook, une femme enceinte citée par le Huffington Post raconte par ailleurs avoir subi les abus constants du père de son enfant, et ne la laissait jamais seule. Elle explique que lorsque celui-ci s’est absenté un instant lors d’une consultation médicale, la campagne lui a donné la force d’écrire un mot sur sa main pour parler de son calvaire à un professionnel. Elle indique avoir pris un stylo dans la poche de cette personne et inscrit “AIDEZ MOI”. “Je n’ai pas eu à dire un mot”, se souvient-elle. “Cette campagne m’a donné la force et l’idée de la façon de demander de l’aide. Je suis maintenant en sécurité ailleurs grâce à la personne que j’ai consultée et à la Black Dot Campaign. Merci, il ne reste qu’une semaine avant la date du terme, et je suis enfin en sécurité.”

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent