Blocage du Canal de Suez : des pertes d'une ampleur colossale pour le commerce mondial

Blocage du Canal de Suez  : des pertes d'une ampleur colossale pour le commerce mondial

EMBOUTEILLAGE - Le porte-conteneurs échoué en travers du canal de Suez depuis mardi coûte l'équivalent 340 millions d'euros par heure à l'économie mondiale. Son déblocage espéré ce week-end, pourrait, dans le pire des scénarios, prendre des semaines.

Pris dans une tempête de sable dans la nuit du 23 au 24 mars, le porte-conteneurs géant Ever Given a perdu le contrôle et s'est échoué en travers du canal de Suez, entraînant un embouteillage massif. Sur cette route ultrastratégique - trait d'union entre l'Asie et l'Europe - transite environ 10 % du commerce maritime international. Plus de 200 navires de marchandises étaient toujours bloqués vendredi aux deux extrémités et dans la zone d'attente située au milieu du canal, entraînant d'importants retards dans les livraisons de pétrole et d'autres produits.

Le manque à gagner pour l’économie mondiale est colossal : d'après la revue spécialisée Lloyd's List, les pertes s'élèvent à environ 340 millions d'euros toutes les 60 minutes. L'ensablement du porte-conteneurs bloque en effet chaque jour l'équivalent de quelque 8,1 milliards d'euros de marchandises, dont des composants électroniques des pièces pour le secteur automobile, mais aussi des biens de consommation. Même Amazon pourrait bientôt éprouver des retards dans ses livraisons à cause de ce blocage.

Toute l'info sur

Le canal de Suez bloqué une semaine par un porte-conteneur géant

Lire aussi

Nouvelle opération de sauvetage

Depuis mercredi, l'Autorité égyptienne du canal de Suez (SCA) tente en vain de dégager ce cargo de plus de 220.000 tonnes et d'une longueur équivalente à quatre terrains de football. Mais l'opération menée vendredi avec l'aide de huit remorqueurs a échoué. Une nouvelle tentative doit avoir lieu d'ici dimanche, a fait savoir la Bernhard Schulte Shipmanagement (BSM), qui assure la gestion technique du navire. 

Le propriétaire du porte-conteneurs dit avoir bon espoir que le navire soit débloqué dès ce samedi soir. "Le navire ne prend pas l'eau. Il n'y a aucun problème avec ses gouvernails et ses hélices. Une fois qu'il aura été renfloué, il devrait pouvoir fonctionner", a déclaré vendredi Yukito Higaki, le président de la compagnie japonaise Shoei Kisen, lors d'une conférence de presse.  La société mandatée pour le "sauvetage" évoque pour sa part "des jours voire des semaines" avant la reprise du trafic sur le canal.

Une importante marée haute prévue dimanche soir" pourrait être d'une grande aide pour les équipes techniques cherchant à débloquer le navire, a indiqué à l'AFP Plamen Natzkoff, expert au sein de l'entreprise de transport maritime VesselsValue.  "S'ils ne parviennent pas à le débloquer lors de cette marée haute, la prochaine n'aura pas lieu avant deux semaines, et cela va devenir problématique", estime le spécialiste.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Une usine nucléaire iranienne touchée par un acte de "terrorisme antinucléaire"

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Du Stade de France au centre vaccinal de Dreux, les vaccinodromes ont sonné bien creux ce dimanche

Lire et commenter