Boeing 777 disparu : de possibles débris repérés par un satellite français

Boeing 777 disparu : de possibles débris repérés par un satellite français

DirectLCI
MH370 – De nouveaux objets ont été détectés par un satellite français aux confins des océans Indien et Austral, où une opération d'envergure a été déclenchée dimanche pour retrouver des débris du Boeing 777 de Malaysia Airlines, mystérieusement disparu le 8 mars.

Plus de deux semaines après sa disparition, le mystère du Boeing 777 s'éclaircit à peine. Alors qu'une opération d'envergure a été déclenchée dimanche pour retrouver des débris de l'avion de Malaysian Airlines, de nouveaux objets ont été détectés par un satellite français aux confins des océans Indien et Austral.

La Malaisie a annoncé avoir reçu de la France des données satellitaires ayant détecté des objets flottants dans la principale zone de recherche , à 2.000-2.500 km au sud-ouest de la ville australienne de Perth. On y voit "ce qui ressemble à des objets à proximité du couloir sud", zone possible d'une chute de l'avion, a indiqué le ministère malaisien des Transports dans un communiqué. Ce dernier n'a cependant fourni aucune donnée quant à la taille, le nombre ou la localisation de ces objets.

"Première observation visuelle intéressante"

Ces données, transmises à l'Australie qui coordonne désormais les recherches, s'ajoutent à celles obtenues par satellite les 16 et 18 mars quelque part entre la pointe sud-ouest de l'Australie et l'Antarctique. Certains éléments, aperçus samedi par un appareil civil, seraient "proches les uns des autres dans la zone de recherche australienne", qui s'étend sur quelque 59.000 km2, a précisé le Premier ministre australien Tony Abott. S'il est encore trop tôt pour s'avancer, il a tout de même estimé qu'il y avait désormais "des signes très crédibles" ainsi qu'un "espoir croissant, pas plus qu'un espoir", d'être sur le point de "savoir ce qu'il est advenu de l'avion".

Le ministère français des Affaires étrangères a de son côté expliqué qu'un satellite français avait détecté des "échos radar réalisés par un satellite", précisant qu'il n'y avait pas encore d'images de débris. Le Quai d'Orsay a en outre souligné dans son communiqué que Paris avait mobilisé des moyens satellitaires supplémentaires susceptibles de permettre de disposer d'images.

Le coordinateur des opérations aériennes de l'Autorité australienne de sécurité maritime (AMSA) a pour sa part évoqué "une palette en bois et un certain nombre d'autres pièces indéfinies autour d'elle", notamment des sangles de différentes couleurs. Dans l'attente de précisions sur ces nouveaux éléments, l'AMSA a salué "la première observation visuelle" intéressante dans la région depuis que des avions australiens, américains et néo-zélandais ont commencé leurs rotations jeudi.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter