Boeing 777 disparu : la piste du détournement de l'avion en "missile de croisière"

Boeing 777 disparu : la piste du détournement de l'avion en "missile de croisière"

DirectLCI
Vol MH370 – Les enquêteurs ont orienté leurs recherches en ciblant les pilotes dont les domiciles ont été perquisitionnés, dimanche. Un responsable américain affirme que l'avion pourrait avoir été détourné afin de servir à un attentat.

Pilotes et passagers sont désormais dans la ligne de mire des enquêteurs. C'est ce qu'a annoncé, samedi, le Premier ministre malaisien Najib Razak, dans l'affaire de la disparition du Boeing 777, il y a neuf jours. Les domiciles du commandant de bord et du copilote du vol MH370 ont ainsi été perquisitionnés, peu après ces déclarations, sans qu'aucun indice les incriminant ne soit pour l'heure découvert. Car les experts en sont sûrs : seul "un pilote confirmé et toujours en activité" aurait été capable de changer de cap et de passer au travers des radars civils et militaires.

Quant à la déconnexion du transpondeur, elle est "extrêmement facile […] et a pu être faite par l'équipage ou un passager ayant suivi trois ou quatre leçons de pilotage", selon un expert en aéronautique. La Malaisie a ainsi demandé à tous les pays qui comptent un de leur ressortissant dans l'avion à procéder à des vérifications sur leurs antécédents. Dimanche, au vu de l'immensité de la zone de recherche, elle s'est également résolue à intégrer plus de pays dans les recherches, désormais au nombre de 25, dont les Etats-Unis, la France et l'Australie. Le Premier ministre australien a d'ores et déjà déclaré, lundi, ne pas avoir reçu d'informations attestant que le Boeing serait passé au large des côtes de son pays.

Les Américains craignent une puissante arme de destruction

Autre certitude : l'avion a continué sa course pendant 7 heures après la rupture de toute communication, à 1h30 du matin, samedi 8 mars. C'est en tout cas ce que révèlent les données transmises par le boîtier Acars, seul système de communication qui a continué d'émettre par satellite. Ces éléments codés n'ont pas pu identifier la dernière position de l'appareil, mais ils ont permis de tracer deux trajectoires possibles : l'une part vers le sud, de l'Indonésie à la partie méridionale de l'Océan indien, l'autre, moins vraisemblable au vu des nombreux radars qui aurait dû détecter l'appareil, s'étend du Kazakhstan au nord de la Thaïlande.

Autant d'indices qui laissent penser à un détournement. A des fins terroristes ? Les autorités malaisiennes ne se sont pas aventurées sur ce terrain. Mais dimanche, le président de la commission de Sécurité Intérieure à la Chambre des représentants américaine, Michael McCaul, n'a pas hésité à affirmer que le Boeing 777 pourrait avoir été détourné afin de servir, plus tard, de "missile de croisière", devenant ainsi une puissante arme de destruction. Une déclaration qui laisse perplexe les familles des 239 passagers de l'avion.


 

Plus d'articles

Lire et commenter