Boeing 777 disparu : l'avion détourné grâce au logiciel des pilotes

Boeing 777 disparu : l'avion détourné grâce au logiciel des pilotes

DirectLCI
VOL MH370 - Plus de doute : le Boeing 777 a bien été détourné, selon les dernières révélations de la presse américaine. Le changement de cap de l'avion aurait été effectué grâce à un ordinateur situé à l'intérieur du cockpit.

La thèse de l'accident semble définitivement abandonnée dans l'affaire de la disparition du vol MH370 . Et les informations détenues par les autorités compétentes continuent d'affluer au compte-gouttes : lundi, des officiels américains cités par le New York Times ont affirmé que le changement de cap de l'avion avait été effectué à l'intérieur même du cockpit, via le système de gestion de vol, logiciel utilisé par les pilotes. Des informations qui confirment les indications précédemment livrées par les autorités malaisiennes : l'avion a forcément été détourné volontairement par un "pilote confirmé" ou ayant de bonnes connaissances en aéronautique .

Le Boeing 777 avait continué sa route pendant sept heures après avoir coupé tous ses systèmes de communication et disparu des écrans de contrôle des radars civils, à 1h23. Lundi, on apprenait en outre que les derniers mots échangés entre la tour de contrôle de Kuala Lumpur et le cockpit ("Et bien, bonne nuit") à 1h21, ont été prononcés par le jeune copilote âgé de 27 ans, Fariq Abdul Hamid. Il était donc aux commandes de l'appareil au moment où l'on a perdu sa trace.

La Chine disculpe tous ses passagers

Au vu de ces derniers éléments, les enquêteurs s'interrogent : le copilote savait-il que l'avion était en train d'être détourné lors de cette ultime transmission radio ? S'il a lui-même modifié le cap de l'avion grâce au logiciel, l'a-t-il fait volontairement ou a-t-il agi sous la contrainte ? L'étude des profils des deux pilotes et les perquisitions de leurs domiciles ne révèlent pour l'heure aucune information permettant de les incriminer.

Autre hypothèse envisagée par les experts : la présence, dans l'avion, d'un ou de plusieurs passagers ayant de bonnes connaissances en aéronautique, qui auraient été capables de prendre le contrôle de l'appareil. Les autorités des 25 pays impliqués dans les recherches aux côtés de la Malaisie s'intéressent donc aux antécédents des 227 passagers et des douze membres de l'équipage du vol MH370. La Chine, qui comptait 153 ressortissants, a d'ores et déjà mis officiellement hors de cause l'ensemble de ses passagers.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter