Boeing 777 disparu : le robot sous-marin Bluefin-21 comme ultime espoir

Boeing 777 disparu : le robot sous-marin Bluefin-21 comme ultime espoir

DirectLCI
MH370 - Le robot sous-marin Bluefin-21 devrait plonger d'ici quelques jours pour retrouver les boîtes noires du Boeing 777 disparu de la Malaysian Airlines dans l'océan indien. L'ultime espoir pour les familles mais les heures sont comptées.

Il concentre désormais les espoirs des familles des disparus du vol MH370. Le robot sous-marin Bluefin-21 va tenter, d'ici quelques jours, de retrouver la source des signaux captés ce week-end dans l'océan indien par un navire australien, qui pourraient être émis par les boîtes noires du Boeing disparu de la Malaysian Airlines. Dotée d'un sonar, cette "torpille" longue de 4,93 mètres est habituellement utilisée dans les opérations de recherches d'épaves, ainsi qu'en archéologie sous-marine et en océanographie. Ce concentré de technologie est également capable de détecter les mines sous-marines.

Si ces émissions, enregistrées respectivement durant deux heures et 20 minutes et durant 13 minutes, constituent une piste sérieuse pour connaître enfin le dramatique sort qu'a connu le Boeing de la compagnie malaisienne avec à son bord 239 personnes, de nombreux obstacles se dressent encore devant les équipes de recherches. En l'état actuel des données enregistrées, la zone dans laquelle serait déployé le Bluefin-21 apparaît trop étendue. Les équipes mobilisées dans l'océan indien ont ainsi besoin de capter à nouveau les signaux afin de circonscrire la zone de quelque 600 km de longueur. Problème, aucun nouvel écho n'a été enregistré lundi alors que les boîtes noires arrivent au terme de leur capacité d'émission.

"Un processus long et très difficile"

Autonome, le Bluefin-21 peut rester dans l'eau durant une vingtaine d'heures et progresser à plus de 4,5 nœuds (plus de 8 km/h). "C'est un processus long et très difficile, surtout quand on fouille le tréfonds de l'océan", commente l'ancien chef des armées australiennes, Angus Houston, qui coordonne les opérations de recherches. "On va procéder sortie après sortie jusqu'à ce que nous détections quelque chose d'anormal sur le fond marin".

Autre interrogation, la profondeur des objets émettant les signaux évaluée à 4500 mètres, soit la profondeur maximale à laquelle peut descendre le Bluefin-21. "Il ne peut pas aller plus bas. On est donc vraiment à l'extrême limite", souligne Angus Houston.

L'ultime espoir

Enfin, les opérations de repérage et d'observation, qui pourraient aboutir à la récupération des DFDR (Digital flight Data Recorder) et CVR (Cockpit Voice Recorder) ne pourront être menées simultanément, le robot de 750 kg ne pouvant transporter à la fois un sonar et une caméra.

Un mois jour pour jour après la disparition inexpliquée du vol MH 370 entre Kuala-Lumpur et Pékin, les signaux éphémères captés ce week-end représentent sans doute l'ultime espoir pour les familles d'avoir enfin les réponses aux questions qui les hantent depuis le 8 mars dernier. Et ce, alors même que les chances de retrouver des débris flottants à la surface de l'océan apparaissent aujourd'hui quasi nulles.
 

Plus d'articles