Boeing 777 disparu : les familles épuisées, entre espoir et résignation

Boeing 777 disparu : les familles épuisées, entre espoir et résignation

International
DirectLCI
MH370 – La découverte d'"objets" en mer, qui pourraient appartenir au Boeing disparu de la Malaysia Airlines, constitue une nouvelle piste à la fois attendue et redoutée par les familles des passagers, désespérées après douze jours de recherches infructueuses.

Près de deux semaines d'une attente insoutenable. Les familles des 239 passagers et membres d'équipage du vol MH370, disparu mystérieusement le 8 mars dernier, sont à bout alors même que les dernières recherches au large de l'Australie doivent reprendre vendredi. Mercredi, des familles de passagers chinois ont fait irruption lors de la conférence de presse de la Malaysia Airlines à Pékin pour crier leur désespoir. Fustigeant la gestion de la situation par la compagnie aérienne, certains ont menacé d'entamer une grève de la faim. "Nous n'avons pas d'autre moyen que de nous énerver et de pleurer", a ainsi lancé un proche de disparu en accusant les responsables de la Malaysia Ayrlines de mentir.

Jeudi, l'annonce de la découverte, au large de Perth, sur la côte occidentale de l'Australie, de possibles débris du Boeing 777 , a provoqué des sentiments mitigés auprès des familles partagées entre le soulagement de découvrir, peut-être au 12e jour de recherches, une première trace de l'avion et la crainte de perdre l'ultime espoir de retrouver des survivants.

Une nouvelle piste "crédible"

La plupart cependant exprimaient jeudi leur lassitude face aux informations concernant la situation de l'appareil, divulguées quasi quotidiennement par les autorités et le plus souvent démenties dans la foulée. La prudence restait d'ailleurs de mise, jeudi, du côté des autorités participantes aux opérations de recherches.

Le Premier ministre australien Tony Abbott a lui-même prévenu qu'il ne fallait pas tirer de conclusions hâtives après la découverte de ces "objets" repérés dimanche par satellite. "Nous devons garder à l'esprit que la localisation de ces objets sera extrêmement difficile et il pourrait s'avérer qu'ils ne sont pas liés au vol MH370", a-t-il déclaré devant le parlement australien.

S'il a jugé cette nouvelle piste "crédible", le ministre malaisien des Transports, Hishammuddin Hussein, s'est également montré prudent, précisant que les opérations de recherches dans l'immense zone définie comme celle où l'avion aurait pu disparaître se poursuivaient. Evoquant la frustration des proches des passagers disparus, il a par ailleurs avoué son impuissance : "l'information que les familles attendent le plus est justement celle que nous n'avons pas : où se trouve le MH370".
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter