Boeing disparu : les hypothèses les plus crédibles

Boeing disparu : les hypothèses les plus crédibles

International
DirectLCI
CRASH AERIEN – Après la disparition samedi d'un Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines au large du Vietnam, le mystère reste entier sur les causes du drame. Contacté par metronews, Christophe Naudin, spécialiste du terrorisme aérien, évoque les hypothèses plus ou moins plausibles.

Aucune piste n'est exclue, mais certaines semblent privilégiées. Depuis la disparition samedi d'un Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines au large du Vietnam, les experts avancent plusieurs hypothèses, de l'avarie mécanique à l'attentat en passant par l'erreur humaine. Interrogé par metronews, Christophe Naudin, spécialiste du terrorisme aérien, retient deux hypothèses qu'il juge "les plus plausibles" pour expliquer comment l'appareil et ses 239 passagers, dont 4 Français , ont pu disparaître des écrans radar.

> Une rupture structurelle de l'avion

Alors que de possibles débris de ce Boeing 777 auraient été repérés au large du Vietnam, Christophe Naudin juge qu'une "rupture structurelle majeure de l'avion aurait pu causer des dommages soudains". La perte subite d'un moteur ou d'une aile par exemple. Mais des problèmes de structure entraînant une dislocation de l'avion ou une dépressurisation subite de la cabine sont jugés très improbables sur des appareils modernes.

Or, cet avion de la compagnie Malaysia Airlines est un long-courrier qui s'est révélé très fiable depuis sa mise en service en 1995. Après le seul accident mortel impliquant un 777 en juillet 2013 à l'aéroport de San Francisco (trois morts), des experts aéronautiques avaient même loué le B-777 pour la sécurité de ses équipements, jugeant qu'ils avaient permis d'éviter d'autres morts.


> L'hypothèse terroriste

"La disparition de ce Boeing a pu être causée par une explosion en vol qui aurait conduit à une rupture de l'avion", envisage par ailleurs Christophe Naudin. Des terroristes pourraient avoir fait exploser l'appareil à l'aide de produits chimiques par exemple. "Il y a en tous les cas une conjonction de faits troublants qui font penser que le vol ne s'est pas déroulé dans des conditions normales", ajoute le spécialiste, qui met en avant "l'âge récent" de l'appareil,  par ailleurs "bien entretenu" et avec à son bord un "équipage compétent".

La piste terroriste s'est en effet renforcée dimanche après que les autorités malaisiennes ont révélé la présence à bord d'au moins deux passagers détenteurs de passeports volés. Le fait que les pilotes n'aient pas envoyé de signal de détresse a également concouru à alimenter ce scénario.

Des terroristes feraient-ils exploser un avion sans exprimer de revendications ? "Depuis les années 2004-2005, ils ne revendiquent pas leurs actes immédiatement. Ils veulent faire perdurer le doute. C'est une stratégie de communication", souligne Christophe Naudin.

L'avion se serait désintégré

Un tel acte reste néanmoins très spéculatif, selon les experts qui soulignent les difficultés à détourner un tel appareil. Sans introduire d'arme dans la cabine, il est en effet extrêmement difficile de pénétrer dans le cockpit, beaucoup plus sécurisé aujourd'hui.

Si l'on ne connaît toujours pas les causes de cette disparition, la piste de la désintégration semble privilégiée plutôt que celle du crash. "Le fait que nous soyons toujours incapables de trouver des débris semble indiquer que l'appareil s'est probablement désintégré à environ 35.000 pieds", a déclaré un enquêteur dimanche. Comment l'expliquer ? L'interrogation demeure.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter