Boko Haram "écrasé" par l'armée nigériane, annonce le président

International

DJIHADISME - Selon le président nigérian Muhammadu Buhari, les combattants du groupe islamiste Boko Haram auraient quitté vendredi 23 décembre l'un des derniers territoires qu'ils occupaient.

Après des mois de lutte, le groupe islamiste Boko Haram aurait finalement été chassé de l'un de ses derniers bastions dans le nord-est du Nigeria. Samedi 24 décembre, le président Muhammadu Buhari a annoncé que l'armée les avait "écrasés" dans la forêt de Sambisa, où ils s'étaient réfugiés après des revers militaires. 

"Je suis ravi et très fier des braves soldats de l'armée nigériane, après avoir appris la nouvelle tant attendue et gratifiante de l'écrasement final des terroristes de Boko Haram dans leur dernière enclave" de cette forêt d'environ 1300 km2, a-t-il indiqué dans un communiqué.

1880 civils libérés trois jours plus tôt

Ce dernier a alors salué "la détermination" des forces armées "qui ont finalement pénétré et écrasé ce qu'il restait des insurgés au 'Camp Zéro'". "Le chef d'état-major de l'armée m'a appris que le camp était tombé vers 13h35 le vendredi 23 décembre et que les terroristes étaient en fuite, n'ayant nulle part où aller", a poursuivi le chef de l'Etat tout en demandant à ses soldats de les poursuivre afin qu'il soient traduits devant la justice. Trois jours plus tôt, l'armée avait annoncé avoir libéré 1880 civils et arrêté plus de 500 djihadistes dans cette forêt. 

Le groupe Boko Haram, particulièrement actif dans la région du Sahel, est connu notamment pour ses violences et l'enlèvement de jeunes filles. En avril 2014, 276 lycéennes avaient par exemple étaient capturées à Chibok, dans le nord-est du Nigeria.

Lire aussi

Lire et commenter