Bolivie : un chien attend depuis cinq ans son défunt maître

Bolivie : un chien attend depuis cinq ans son défunt maître

FAIT DIVERS – En Bolivie, un chien attend depuis cinq ans au coin de la rue où son jeune maître a été fauché par un taxi.

Contrairement à certains hommes de pouvoir, il est d'une fidélité exemplaire. Depuis que son maître est mort dans un accident de la route dans la ville de Cochabamba, en Bolivie, il y a cinq ans, un chien bâtard attend au coin de la rue où s'est produit le drame, rapporte El Colombiano . Les habitants, l'ont pris en pitié, le nourrissent régulièrement l'ont baptisé Hachi.

Il avait cinq ans quand son maître a été percuté par un taxi alors qu'il se rendait au collège en mobylette. Depuis Hachi erre près du lieu de l'accident. Il hurle et aboie à chaque fois qu'il voit un cyclomoteur à proximité, raconte Bilbao Román Luján, qui tient une boucherie-charcuterie à proximité. C'est d'ailleurs, ce dernier qui offre le petit-déjeuner à Hachi, tous les matins, entre 6 h 30 et 7 heures.

L'adoption impossible

Plusieurs familles ont bien essayé d'adopter le loyal canidé mais Hachi n'a qu'un seul maître. A chaque fois, il est parvenu à s'échapper puis est retourné au coin de la rue, dans l'attente du retour de son propriétaire.

L'histoire d'Hachi – et d'ailleurs son nom – fait penser à celle d'Hachiko. Ce chien de race Atika appartenait à Hidesaburo Ueno, un professeur de génie agricole de l'Université de Tokyo mort en 1925 après une hémorragie cérébrale lors d'un enseignement. Pendant neuf ans, Hachiko, a attendu à la gare de Shibuya le train qui ramenait habituellement son maître. La fidélité d'Hachiko a d'ailleurs inspiré un film homonyme sorti en 2009 avec Richard Gere. Avis aux cinéastes en herbe, les droits de l'histoire de Hachi sont toujours disponibles. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : une proposition de loi déposée pour rendre obligatoire l'isolement des malades

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Allègement du confinement : les mesures détaillées jeudi par Jean Castex

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

Lire et commenter