Bombardements en Syrie : les États-Unis accusent la Russie de "barbarie"

DirectLCI
TENSIONS - La Russie a été pointée du doigt par les États-Unis à l'ONU. L'ambassadrice Samantha Powers a prononcé ce dimanche un long discours dans lequel elle accuse Moscou de commettre des actes de "barbarie" en bombardant la ville d'Alep avec le régime syrien.

La Russie commettrait des actes de "barbarie". C'est ce qu'ont affirmé les États-Unis lors de la réunion publique du Conseil de sécurité des Nations unies organisée ce dimanche après-midi. "Ce que la Russie défend et ce qu'elle fait n'est pas du contre-terrorisme, c'est de la barbarie, a déclaré la représentante américaine Samantha Powers. Au lieu de rechercher la paix, la Russie et Assad font la guerre. Au lieu d'aider à apporter de l'aide aux civils, la Russie et Assad bombardent les convois humanitaires, les hôpitaux et les sauveteurs."


Les ministres des Affaires étrangères français et britannique, qui ont initié avec les États-Unis cette réunion, ont également accusé la Russie. Ils estiment qu'elle pourrait, avec l'Iran qui soutient également Damas, se retrouver coupable de complicité de crime de guerre. Mais Moscou a défendu sa position. "En Syrie, des centaines de groupes sont en train d'être armés, le territoire de ce pays est bombardé de manière aveugle et ramener la paix est une tâche pratiquement impossible aujourd'hui pour cette raison", a déclaré Vitali Tchourkine, l'ambassadeur de Russie aux Nations unies. 

Pire crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale

Des habitants et des rebelles affirment que les avions syriens et russes pilonnent des quartiers d'habitation d'Alep, détruisant des immeubles de la partie orientale aux mains des insurgés. Plus de 250.000 civils sont pris au piège dans cette partie de la ville.


La fragile trêve d'une semaine négociée par les États-Unis et la Russie avait pris fin lundi 19 septembre et les efforts diplomatiques pour tenter de la rétablir ont échoué. Depuis, les forces gouvernementales et russes continuent de bombarder Alep. Pour Moscou, il est quasi "impossible" de mettre fin à la guerre pour le moment. Depuis 2011, le conflit y a fait plus de 300.000 morts et engendré la pire crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale.

VIDEO - Alep, sous un déluge de bombes

En vidéo

Syrie : Alep, sous un déluge de bombes

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter