"Boum, viens là !" : Trump mime les tirs des terroristes des attentats du 13 novembre pour défendre le port d'armes

International
RENGAINE - Devant la puissante NRA, le président américain Donald Trump a défendu vendredi le droit de porter une arme en affirmant que les attentats du 13 novembre 2015 à Paris auraient fait moins de morts si les victimes avaient été armées.

"Personne n'a d'arme à Paris et on se souvient tous des 130 personnes (tuées) et du nombre énorme de personnes horriblement, horriblement blessées." Dans son discours à la convention de la NRA, le puissant lobby américain pro-armes, Donald Trump a estimé que les attentats du 13 novembre 2015 à Paris auraient fait moins de morts si les victimes avaient été armées. 

"Elles ont été tuées brutalement par un petit groupe de terroristes qui avaient des armes. Ils ont pris leur temps et les ont tués un par un. Boum, viens là ; boum, viens là ; boum, viens là", a raconté le président, en faisant avec la main le geste d'un djihadiste tirant au pistolet sur les victimes.

En vidéo

Le silence de Donald Trump face à la jeunesse anti-armes

"Ça aurait été une toute autre histoire"

"Mais si un employé, ou juste un client avait eu une arme, ou si l'un de vous dans l'assistance avait été là avec une arme pointée dans la direction opposée, les terroristes auraient fui ou se seraient fait tirer dessus, et ça aurait été une toute autre histoire", a encore affirmé Donald Trump.


Le 13 novembre 2015, 130 personnes sont mortes et plusieurs centaines ont été blessées dans une série d'attentats à Paris et Saint-Denis revendiqués par Daech. Un des commandos avait tué 90 personnes dans la salle de concert du Bataclan. 


Les premières forces de sécurité à intervenir étaient des policiers de terrain.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter