Bourdes et robe de chambre, les débuts déconcertants de Trump à la Maison Blanche

USA - En poste depuis moins d'un mois, le nouveau président prend ses marques à Washington. Au programme : soirée en robe de chambre, coups de téléphone impromptus et polémiques avec les médias...

Imaginez la scène : vous êtes conseiller à la Sécurité intérieur des Etats-Unis et, à trois heures du matin, votre téléphone sonne. Au bout du fil ? Donald Trump. Depuis la Maison Blanche, le président a une question… d’économie. Le président cherche en effet à savoir s’il est préférable d’avoir un dollar fort ou un dollar faible. Improbable ? Pas tant que cela, à en croire le Huffington Post qui rapporte cette anecdote. Une parmi tant d’autres, qui illustre l’exercice du pouvoir à la sauce Trump.


Car depuis sa prise de fonction il y a moins d’un mois, le chef de l’Etat voit s’accumuler les révélations mettant à mal ses compétences. Sur cet épisode du coup de téléphone en pleine nuit pour causer dollar avec un haut-gradé de l’armée ? "Je n’ai jamais vu quelque chose comme cela. Je pense sincèrement qu’il n’est pas un président mentalement sain", a déclaré Eliot Cohen, ancien membre de Département d’Etat sous George W. Bush.

"Des erreurs et des mensonges"

Il y a quelques jours, le très illustre New York Times en rajoutait une couche. Une enquête dans laquelle les deux journalistes Glenn Thrush et Maggie Haberman ont dévoilé une multitude d’informations croustillantes : ainsi, lors d’une réunion, les membres du Cabinet n’ont pas réussi à faire fonctionner les interrupteurs. Seule solution pour sortir de la salle ? Tester presque toutes les portes jusqu’à trouver une issue. Côté déco, on connait le goût du chef de l’Etat pour le clinquant. Conséquence, les rideaux du Bureau ovale ont été changés : adieu le rouge brique de Barack Obama, bonjour le jaune poussin. Même sort pour le tapis avec des citations d’anciens présidents, descendu à la cave au profit d’un autre, doré celui-là...


Insomniaque, Donald Trump vivrait la nuit une autre vie. Seul, puisque son épouse Melania est resté à New York. Et il serait ainsi la plupart du temps en robe de chambre dans les salles et couloirs de la Maison Blanche. Il n'en fallait guère plus pour inspirer les réseaux sociaux, où des photos d'archives du milliardaire sont apparues, et un compte Twitter créé. Son nom : POTUS'Bathrobe. Et les journalistes du New York Times ne s'arrêtent pas là, assurant  que Donald Trump déteste les rapports qui font plus qu'une page.

Interrogé sur ces rumeurs de flottement au sein de l’exécutif américain, le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, dénonce un article bourré "d’erreurs et de mensonges" et exige des excuses au New York Times. Il prononce surtout cette réplique devenue mythique : "Je ne crois pas que le Président possède une robe de chambre, et il n’en porte assurément pas". Ce qui n'est pas beaucoup plus rassurant.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter