Brésil : 4 millions d'hectares de forêt amazonienne ouverts à l'exploitation minière

Brésil : 4 millions d'hectares de forêt amazonienne ouverts à l'exploitation minière

International
DirectLCI
ENVIRONNEMENT - Le président brésilien Michel Temer a signé mercredi un décret permettant l'ouverture à l'exploitation minière de 4 millions d'hectares de forêt amazonienne. Les ONG ont exprimé leur inquiétude quant à l'avenir de cette zone, habitée par des tribus indiennes.

La forêt amazonienne subit de plein fouet le changement de gouvernement au Brésil. Mercredi, le président Michel Temer, en fonction depuis le 31 août 2016, a autorisé l’exploitation minière de quatre millions d’hectares de forêt. Une zone équivalente à la taille du Portugal. La réserve naturelle avait été créée en 1984 sous la dictature militaire. Le décret, paru dans le Journal officiel, précise cependant que cette disposition "ne remet pas en cause l’application de la loi concernant la protection de la flore et des territoires autochtones". Malgré tout, plusieurs ONG, dont WWF, ont fait connaitre leurs inquiétudes au sujet de cette zone située dans les Etats du Para et de l'Amapa (nord). Des centaines de tribus indiennes y résident.


Le territoire, qui possède 12% de la forêt mondiale, sacrifie chaque année un peu plus de son patrimoine naturel au profit de l’agriculture et de l’élevage. Mais c’est surtout l’arrivée des conservateurs au pouvoir, après la chute de Dilma Rousseff, qui fait craindre le pire aux défenseurs de la forêt amazonienne. Depuis le changement de gouvernement, le "bloc ruraliste", qui regroupe des élus de l’agro-business, a gagné en puissance pour s’imposer en véritable lobby. Il occupe désormais 230 des 513 sièges au Parlement brésilien. Preuve de conflits d'intérêts flagrants, la famille du ministre de l'Agriculture, Blairo Maggi, possède la plus grosse société de production de soja au monde. Le ministre est lui-même propriétaire de 16% du groupe, souligne Libération.

Selon l’Institut national sur la recherche spatiale (INPE), 8.000 kilomètres carrés de forêt ont été détruits en Amazonie en 2016. C’est 29% de plus qu’en 2015. Suite à cette accélération de la déforestation, la Norvège, principal bailleur de fonds pour la protection de la forêt amazonienne, a prévenu en juin dernier que ses paiements au Brésil seraient divisés par deux en 2017.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter