Brésil : au bord de la destitution, Dilma Rousseff prête au "combat"

Brésil : au bord de la destitution, Dilma Rousseff prête au "combat"

BRESIL - Les députés brésiliens se sont prononcés dimanche en faveur de la destitution de la présidente Dilma Rousseff. De son côté, la présidente dénonce une "profonde injustice".

Les députés brésiliens ont ouvert dimanche la voie d'une destitution de la présidente de gauche Dilma Rousseff par le Sénat à une écrasante majorité, lors d'un vote historique qui s'est déroulé dans une ambiance survoltée.

Cette session extraordinaire s'est déroulée dans un lourd climat d'affrontement dès son ouverture par le président du Congrès, ennemi juré de la présidente. Les députés de l'opposition de droite ont exulté, chantant l'hymne des supporters de l'équipe de foot au Mondial 2014: "Je suis brésilien, avec beaucoup de fierté et beaucoup d'amour". 

Elle dénonce une tentative de "coup d'Etat" 

Accusée de maquillage des comptes publics en 2014, année de sa réélection, et en 2015 pour masquer l'ampleur de la crise économique, Dilma Rousseff nie avoir commis un crime dit "de responsabilité" et dénonce une tentative de "coup d'Etat" institutionnel. Mardi matin, la présidente s'est dite "indignée" du vote des députés : "Je me sens (…) victime d'une profonde injustice. Mais je ne me laisserai pas abattre, le combat ne fait que commencer". 

EN SAVOIR + >>  Manifestations dans tout le Brésil pour exiger le départ de Dilma Rousseff

D'ici le 11 mai, il suffira d'un vote à la majorité simple des sénateurs pour qu'elle soit formellement mise en accusation pour "crime de responsabilité" et écartée du pouvoir pendant 180 jours au maximum, en attendant un verdict final. Le scrutin s'annonce d'ores et déjà serré : selon plusieurs quotidien brésiliens, l'opposition aurait déjà un nombre suffisant de voix pour écarter Dilma Rousseff du pouvoir. SI cela venait à se produire, c'est le vice-président, son ancien allié centriste et désormais rival Michel Terner, qui assumerait ses fonctions et formerait un gouvernement de transition. 

Première femme présidente

Sa popularité s'est effondrée à un plancher historique de 10%. Dilma Rousseff est embourbée depuis sa réélection dans une redoutable crise politique qui s'est embrasée au mois de mars, avec d'immenses manifestations pour son départ et l'entrée frustrée au gouvernement de son mentor Lula, soupçonné de corruption par la justice. 

Héritière politique de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, Dilma Rousseff est entrée dans l'histoire en 2011 en devenant la première femme présidente du Brésil. Elle risque à présent d'y rejoindre Fernando Collor de Mello, seul président brésilien à avoir été à ce jour destitué, pour corruption, en 1992.

EN SAVOIR + >>  Brésil : tout comprendre au scandale de corruption qui ébranle le pouvoir

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid : Olivier Véran annonce 47.000 nouveaux cas en 24h

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

EN DIRECT - Marine Le Pen juge le clip de candidature d'Eric Zemmour "passéiste et crépusculaire"

Joséphine Baker : quand un cercueil (presque) vide entre au Panthéon

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.