Brésil : pourquoi Lula sera présent dans la campagne présidentielle, que sa candidature soit validée ou non

Brésil : pourquoi Lula sera présent dans la campagne présidentielle, que sa candidature soit validée ou non

International
DirectLCI
PRÉSIDENTIELLE - La course à la présidence est lancée au Brésil depuis le 15 août. Parmi les 13 candidats officiels, l'ex-président Lula fait figure de favori. Bien que derrière les barreaux pour corruption, son parti a déposé sa candidature. Un pari risqué pour l'ancien syndicaliste, qui a un joker à jouer s'il se voit refuser la participation à la campagne présidentielle par la loi : il soutiendra son vice-président, Fernando Haddad.

C'est depuis sa prison, mercredi 15 août, que Lula, leader du Parti des Travailleurs (PT) du Brésil, est officiellement candidat à la présidentielle. Derrière les barreaux, l'ex-président condamné à 12 ans de réclusion pour corruption et blanchiment d'argent explose dans les sondages et fait figure de favori.  


"Tu es notre candidat maintenant, Lula", s'exclamait Gleisi Hoffman, présidente du PT mercredi soir, en brandissant l'attestation d'inscription à la présidentielle, devant quelques 10 000 partisans. "Malgré tout ceux qui ne voulaient pas que ça arrive", le parti de gauche a inscrit son leader de 72 ans à la course à la présidentielle qui aura lieu les 7 et 28 octobre prochain. Le "père des pauvres" est officiellement en lice contre 12 autres candidats.  

Tu es notre candidat maintenant, Lula !Gleisi Hoffman

Le parti des travailleurs a par ailleurs décidé de se battre pour faire reconnaître la "persécution politique" subie par Lula et pour le faire libérer. Mais les ambitions de l'ex-chef du gouvernement devraient se heurter à la loi ficha limpa (casier propre), qui interdit l'éligibilité de toute personne condamnée en appel. Le Tribunal supérieur électoral (TSE) doit se prononcer dans les semaines à venir sur la légalité de sa candidature. La décision de l'instance a beaucoup de chances de tourner en la défaveur de l'ancien syndicaliste, et de lui refuser sa candidature. 

Fernando Lula Haddad

Le parti mise cependant sur un plan B : si la candidature de son chef historique est refusée, ce sera Fernando Haddad, présenté comme "vice-président" du candidat qui prendra le relais de la course à la présidence. Très bas dans les sondages, peu connu du grand public, cet ancien maire de Sao Paulo est crédité d'à peine 1% dans les sondages. Mais l'ancien ministre de l'éducation, au discours plus modéré que son mentor, aurait pourtant ses chances s'il est adoubé par Lula. Il serait alors rebaptisé "Fernando Lula Haddad, pour lui donner plus de poids dans les sondages. 


La stratégie de repli sur Ferando Haddad par le PT en cas de rejet de la candidature de Lula est perçue comme très risquée par les observateurs. Ces derniers estiment que c'est l'avenir du parti comme principale force de centre gauche qui est en péril. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter