"Un signal historique" : revoyez l'allocution d'Emmanuel Macron sur le Brexit

"Un signal historique" : revoyez l'allocution d'Emmanuel Macron sur le Brexit
International

Toute L'info sur

Brexit : goodbye United Kingdom

DIPLOMATIE - Dans un discours prononcé en début de soirée, Emmanuel Macron a qualifié le Brexit de " choc" et de "signal d'alarme historique" pour "l'Europe toute entière". Il a appelé à "une réforme en profondeur" pour "rebâtir un projet européen plus clair".

A quelques heures de la sortie officielle du Brexit, Emmanuel Macron s'est exprimé depuis l'Elysée sur le sujet. Le chef de l'Etat,  s'est affiché en Européen convaincu mais a tout de même appelé à des changements, des réformes  afin que "le désir de quitter l'Europe ne [soit] plus la solution pour répondre aux difficultés d'aujourd'hui". 

Lire aussi

Pour le président de la République, ce Brexit est un "signal d'alarme historique". Pire, "un choc". "Je me souviens que la campagne de 2016 a été faite de mensonges, d'exagérations, de simplifications, de chèques promis et qui n'arriveront jamais (...). Je crois très profondément que ce Brexit est possible parce que nous avons fait de l'Europe un bouc émissaire, nous n'avons pas assez changé notre Europe", a-t-il affirmé. 

Le Président a tenu à réaffirmer sa position d'europhile. Pour lui, la France ne pourra faire sans l'Europe : "Plus que jamais nous avons besoin d'Europe, soyons lucides". L'avenir de l'Union ne pourra toutefois pas se construire sans se transformer : "Je suis conscient que l'Europe ne continuera d'avancer que si nous la réformons en profondeur pour la rendre plus souveraine, plus démocratique, plus proche de nos concitoyens et donc plus simple aussi. Il faut que nous réussissions à rebâtir un projet européen plus clair (...) où le désir de quitter l'Europe ne sera plus le désir pour répondre aux difficultés d'aujourd'hui. Car je pense que c'est une mauvaise réponse", a analysé le chef de l'Etat. 

Voir aussi

Vous ne vous réveillerez pas demain matin avec des règles différentes pour votre quotidien- Emmanuel Macron, s'exprimant sur le Brexit

Emmanuel Macron s'est voulu rassurant sur la période de transition que sera l'année 2020. Concrètement, "rien ne changera dans nos relations avec le Royaume-Uni", a-t-il dit.  Et de préciser : "durant toute l'année 2020, nous vivrons ce que l'on appelle une période de transition : on pourra voyager, exporter, commercer, pêcher, exactement comme avant. Vous ne vous réveillerez pas demain matin avec des règles différentes pour votre quotidien. Il y aura un changement, il est institutionnel : dès demain matin, le Royaume Uni ne participera plus aux décisions européennes". Il s'est également voulu rassurant pour les citoyens français au Royaume-Uni et les ressortissants britanniques qui sont "en France chez eux", "aujourd'hui" et "demain". 

Lire aussi

Emmanuel Macron va défendre les liens "forts, bilatéraux" avec le Royaume-Uni

Concernant les futures relations avec le Royaume-Uni, il a souhaité un nouveau "partenariat", qu'il veut "fort". "Mais je le veux aussi exigeant car je veux vous protéger, vous défendre, protéger l'unité de notre Europe qui est indispensable". Sur le plan des négociations, il a assuré qu'il fallait "bâtir notre relation de demain" avec le Royaume-Uni. "Pour cette négociation, nous resterons unis à 27", a expliqué le chef de l'Etat. Il s'est enfin dit "profondément attaché à ce que durant cette négociation, nos intérêts, c'est-à-dire les intérêts de nos pêcheurs, de nos agriculteurs, de nos industriels, de nos chercheurs, de nos travailleurs, de nos étudiants soient maintenus".

"Mais ce ne sera pas la même chose que la relation que nous connaissons depuis quelques décennies. On ne peut pas être à la fois dedans et dehors. Le peuple britannique a choisi de quitter l'Union européenne. Il n'aura plus les mêmes devoirs, il n’aura donc plus les mêmes droits", a-t-il averti. 

Et de tempérer malgré tout : "Notre relation bilatérale continuera à être forte. Les Français savent ce qu'ils doivent au peuple britannique et ne l'oublierons jamais. C'est pourquoi, en matière de défense, de science de culture, nous continuerons à avoir des liens forts, bilatéraux, et je continuerai de les défendre". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent