Brexit au Royaume-Uni : David Cameron édite un livret pro-UE et se fait lyncher par les internautes

Brexit au Royaume-Uni : David Cameron édite un livret pro-UE et se fait lyncher par les internautes
International

DEBAT EN LIGNE - La campagne officielle du référendum sur la place du Royaume-Uni dans l'Union européenne commence ce vendredi. Et déjà, les premières polémiques émergent : le gouvernement Cameron a ainsi envoyé un livret pro-UE aux Anglais, qui déchaîne les critiques des eurosceptiques.

Brexit, ou pas ? Le Royaume-Uni doit-il quitter l'Europe ? La campagne officielle du référendum sur la question vient de s'ouvrir ce vendredi, à dix semaines d'un vote, qui divise le pays Et déjà, les crispations éclatent. Les eurosepctiques dénoncent ainsi une initiative du gouvernement de David Cameron, pro-UE, qui a envoyé dans les foyers anglais un livret intitulé "L'Union européenne est la meilleure décision pour le Royaume-Uni". 16 pages… et une petite facture de neuf millions de livres, et un contenu qui va dans le sens de celui du gouvernement.

Cameron, un leader fragile

Le livret a aussitôt été épinglé via les réseaux sociaux, et largement détourné : les eurosceptiques accusent en effet David Cameron, déjà pas en odeur de sainteté depuis l'apparition de son nom dans le scandale Panama papers, de financer cette "propagande" avec de l'argent public. Et s'en donnent à cœur joie, en postant des photos montrant le livret utilisé comme papier toilette, en le brûlant, en le commentant.


Toujours sur Twitter, d'autres internautes incitent à renvoyer le livret à l'envoyeur, via le hashtag #postitback . Sans timbre, histoire que David Cameron paie la facture.

Une pétition , intitulée "Empêcher David Cameron de dépenser l'argent du contribuable pour financer des dépliants pro-UE" a déjà dépassé la barre des 200.000 signataires.

La commission électorale britannique a désigné ce mercredi les deux campagnes officielles qui vont s'opposer jusqu'au 23 juin: "Vote Leave", le camp officiel en faveur du Brexit, face à "The In Campaign" pro-UE. Une désignation officielle qui leurs donne le droit de dépenser chacun un maximum de 7 millions de livres (8,7 millions d'euros), tandis que les autres groupes n'auront le droit de dépenser qu'un maximum de 700.000 livres chacun.

Les pro-UE, une alliance bien peu unie

Le Premier ministre David Cameron mène le camp du maintien dans le bloc des 28 en défendant le "statut spécial" du Royaume-Uni au sein de l'UE qu'il a négocié en février avec ses partenaires européens. Il répète depuis que le pays sera plus riche et plus fort en demeurant au sein de l'UE. Les principaux partis politiques et plusieurs des plus importants employeurs du pays se sont prononcés en faveur du maintien dans l'UE.

Mais dans le camp favorable à une sortie du pays de l'UE, emmené par le très populaire maire conservateur de Londres Boris Johnson, on compte persuader les Britanniques qu'ils pourraient avoir un avenir radieux en s'épargnant les formalités administratives européennes. Obstacle supplémentaire : Cameron doit aussi faire avec l'opposition de certains de ses ministres et des alliés bien moins enthousiastes que lui, en l'occurrence Jeremy Corbyn, le leader travailliste .

A LIRE AUSSI
>> Les principaux points de l'accord entre Cameron et l'UE
>> Panama papers : David Cameron tente (en vain) de se refaire après sa sale semaine

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent