Brexit : l'UE et le Royaume-Uni se seraient mis d'accord sur une facture à plusieurs dizaines de milliards d'euros

BYE - Selon des médias britanniques, l'UE et le Royaume-Uni ont trouvé un accord sur les conditions du Brexit, après des mois d'enlisement. Les Britanniques paieraient plusieurs dizaines de milliards d'euros pour solde de tout compte et une deuxième phase de négociations sur les relations commerciales s'ouvrirait.

Le Royaume-Uni et l'Union européenne se sont entendues sur le montant de leur rupture, rapportent mardi le Daily Telegraph et le Financial Times. Après des mois d'enlisement, les discussions auraient abouti et les britanniques paieraient plusieurs dizaines de milliards d'euros à l'UE pour solder tous leurs engagements.


Citant des sources diplomatiques, le Financial Times écrit que le Royaume-Uni est prêt à honorer l'intégralité de ses engagements financiers, soit un total pouvant aller jusqu'à 100 milliards d'euros, dans le cadre d'un accord passé avec Bruxelles. Le quotidien économique ajoute que les paiements nets de Londres sur ce passif, étalés sur plusieurs décennies, pourraient représenter moins de la moitié de ce total.

Plus tôt dans la soirée, le Daily Telegraph a écrit que le Royaume-Uni avait donné son accord de principe à l'Union européenne, qui lui demande 60 milliards d'euros, ajoutant que la somme définitive, laissée délibérément dans l'ambiguïté, serait comprise entre 45 et 55 milliards.

Des annonces pas confirmées

Un accord sur le montant du divorce permettrait d'annoncer l'ouverture de la deuxième phase des discussions lors du Conseil européen des 14 et 15 décembre. La Commission européenne s'est refusée à tout commentaire sur les articles des journaux et un membre du gouvernement britannique a dit "ne pas reconnaître" les informations du Daily Telegraph.

La Première ministre britannique Theresa May doit s'entretenir lundi avec Jean-Claude Juncker et Michel Barnier, respectivement président de la Commission européenne et négociateur en chef de l'UE pour le Brexit. Vendredi dernier, le président du Conseil européen, Donald Tusk, a dit à Theresa May qu'elle n'avait plus que dix jours pour apporter des propositions claires sur les sujets de contentieux liés au divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Brexit : goodbye United Kingdom

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter