Brexit : l'Ecosse vers un second référendum sur son indépendance en 2021

International
MATCH RETOUR - Le gouvernement écossais va introduire "prochainement" un projet de loi permettant d'organiser un nouveau référendum sur l'indépendance de l'Ecosse d'ici 2021. En 2014, les Écossais s'étaient prononcés à 55% contre, mais le Brexit pourrait changer la donne.

L'organisation d'un second référendum sur l'indépendance de l'Ecosse est une promesse de longue date de la Première ministre Nicola Sturgeon. D'après les déclarations du gouvernement ce mercredi 24 avril, un projet de loi visant à organiser le nouveau vote d'ici 2021 verra "prochainement" le jour. "Nous allons présenter un projet de loi fixant les règles pour tout référendum relevant actuellement ou à l'avenir de la compétence du parlement écossais", a précisé la cheffe du Parti national écossais (SNP) au Parlement écossais à Édimbourg, espérant que ce texte serait voté d'ici la fin de l'année.

Le Brexit au centre des revendications

Les résultats du premier référendum en 2014 étaient sans équivoque, avec 55 % des suffrages exprimés contre l'indépendance de l'Ecosse, mais l'arrivée du Brexit deux ans plus tard a changé la donne. En 2014, les principaux arguments avancés pour rester dans le Royaume-Uni tournaient autour de l'Union Européenne : l'indépendance faisait courir le risque au pays de se séparer de l'UE. Un risque que les Écossais n'étaient toujours pas prêts à prendre lors du référendum sur le Brexit en juin 2016. Alors que l'Angleterre ou le Pays de Galle se sont majoritairement prononcés pour le divorce, l'Ecosse a voté contre à 62%. L'appartenance au Royaume-Uni a donc perdu son intérêt pour l'Ecosse et dans les mois qui ont suivi, la perspective d'un "no-deal" a encore donné du grain à moudre au SNL pour réclamer l'indépendance.


Le 9 octobre dernier, lors du congrès annuel de son parti à Glasgow, Nicola Sturgeon annonçait ainsi que les négociations houleuses entre l'Union Européenne et le Royaume-Uni concernant le Brexit rendaient l'indépendance de l'Ecosse indispensable. "Le Brexit est un sérieux problème pour l’Écosse" a-t-elle déclaré. "Mais c’est seulement à cause d’un problème encore plus important : notre futur n’est pas entre nos mains, il est entre les mains de Westminster. Et la seule solution pour régler ce problème est de devenir un pays indépendant".

Un vote prévu pour 2021

La dirigeante s'est exprimée deux semaines après la déclaration de Bruxelles autorisant un second report de la date du Brexit à fin octobre. Un délai destiné à trouver une solution à l'impasse politique actuelle au parlement de Westminster, qui refuse toujours l'accord de divorce négocié par le gouvernement britannique. "Nous avons fait tout notre possible pour aider à éviter la crise du Brexit pour l'ensemble du Royaume-Uni", a déclaré la Première ministre écossaise. Mme Sturgeon a également dit regretter que le gouvernement britannique "ne serve pas les intérêts de l'Ecosse" et estimé que la forme actuelle de l'accord est "totalement inadéquat" pour protéger ces intérêts.


Dans ce contexte, Nicola Sturgeon a ajouté ce mercredi devant le Parlement écossais que son gouvernement veut "donner aux citoyens un choix entre le Brexit et un avenir pour l'Ecosse en tant que nation indépendante européenne pendant le mandat de ce Parlement", soit avant les prochaines élections de mai 2021.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter