Le Royaume-Uni veut instaurer un nouveau système d'immigration par points

Point de contrôle à la frontière britannique
International

Toute L'info sur

Brexit : goodbye United Kingdom

IMMIGRATION - Le Royaume-Uni anticipe la sortie de l'Union européenne et la fin de la libre circulation. Le gouvernement de Boris Johnson mise sur une immigration choisie grâce à un système par points. Sa mise en place est prévue en janvier 2021.

"Nous mettons fin à la libre circulation et présenterons un projet de loi sur l'immigration pour instaurer un système de points." C'est par ces mots que le gouvernement du Royaume-Uni a présenté son intention d'instaurer de nouvelles règles en matière d'immigration. À partir du 1er janvier 2021, les citoyens européens et non-européens, devront acquérir un visa de travail pour pouvoir s'installer outre-Manche. 

L'objectif d'un système par points est d'attirer les travailleurs hautement qualifiés. Explications. 

Lire aussi

"Nous donnerons la priorité aux personnes possédant les plus grands talents"

Le but n'est pas seulement de maîtriser les entrées sur le sol britannique, Boris Johnson entend transformer en profondeur l'économie du pays. "Nous devons détourner notre économie de la dépendance à une main-d'œuvre bon marché et nous concentrer sur les investissements dans la technologie et l'automatisation. (...) Nous donnerons la priorité aux personnes possédant les compétences les plus élevées et les plus grands talents : scientifiques, ingénieurs, universitaires et autres travailleurs hautement qualifiés." 

Membre de l'Union européenne, la libre circulation des travailleurs des citoyens européens s'imposait au Royaume-Uni et les règles de Bruxelles n'auraient, selon le gouvernement, permis de limiter que les migrations en provenance de pays tiers. 

Comment fonctionnera le nouveau système ?

Toutes personnes souhaitant s'installer au Royaume-Uni devront acquérir un minimum de 70 points. Par exemple, parler anglais vaut 10 points, une proposition d'emploi avec un salaire annuel supérieur à 25.600 livres (30.788 euros) vaut 20 points, une offre d'emploi dans un secteur en pénurie vaut 20 points, etc. 

Dans son communiqué, le gouvernement britannique a mis en lien la grille d'acquisition des points. 

Un coup dur pour les personnes qui viennent au Royaume-Uni pour occuper des emplois peu qualifiés, le seuil salarial minimum pour acquérir des points est de 20.480 livres par an (24.630 euros, soit près de 2.000 euros par mois). 

Petite particularité, un système d'échange est possible. "Les candidats pourront 'échanger' des caractéristiques telles que leur offre d'emploi spécifique et leurs qualifications contre un salaire inférieur", explique le gouvernement. L'objectif n'est pas d’accélérer les pénuries dans les secteurs "à petit salaire", selon eux. Les secteurs concernés et les conditions d'échange seront régulièrement révisés pour s'adapter aux tensions du marché de l'emploi. 

Le patronat britannique vent debout

Les organisations patronales britanniques n'accueillent pas ce projet avec un grand enthousiasme. D'après eux, cela créera un manque de main d'oeuvre dans de nombreux secteurs, particulièrement pour les emplois de service. Des arguments que le gouvernement n'entend pas. "Les employeurs devront s'adapter." 

L'équipe de Boris Johnson estime qu'avec les décennies de libre circulation, les employeurs ont privilégié le recrutement de travailleurs bon marché venant d'Europe de l'Est plutôt que de miser sur les innovations. Car si le chômage atteint un niveau historiquement faible au Royaume-Uni, 3,8% en décembre 2019, l'investissement et la productivité ont été exceptionnellement bas ces dernières années. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent