Brexit : quel avenir pour l’Ecosse et l'Irlande du Nord ?

Brexit : quel avenir pour l’Ecosse et l'Irlande du Nord ?
International

ROYAUME-UNI - Les Britanniques se sont majoritairement prononcés pour le Brexit jeudi soir, tandis que l’Ecosse votait pour le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne. En Irlande, alors que le parti Sinn Fein appelait à la réunification de l’île, les dirigeants irlandais et de la province d’Irlande du Nord s’y sont opposé.

Comment l’union britannique va-t-elle être impactée par le Brexit ? Alors que les Britanniques ont voté jeudi soir pour une sortie de l’Union européenne, les Irlandais du Nord et les Écossais se sont eux prononcés pour un maintien au sein de l’instance. L'europhile Écosse a soutenu le maintien à 62 %. Ainsi, la possibilité d’un second référendum d’indépendance de l’Ecosse après celui de septembre 2014 est envisageable, a déclaré vendredi à Edimbourg la Première ministre de la région septentrionale du Royaume-Uni. "La possibilité d’un second référendum doit être sur la table et elle est sur la table", a déclaré devant la presse Nicola Sturgeon, également chef du Parti national écossais (SNP). Samedi matin, la Première ministre a annoncé vouloir mener des "discussions immédiates" avec Bruxelles pour "protéger sa place dans l’Union européenne."

En Irlande du Nord, qui a aussi voté le maintien à 55,7 %, le Sinn Fein, ex-vitrine politique de l'Armée républicaine irlandaise (IRA), a appelé à un référendum sur une Irlande unifiée. Le parti républicain a souligné que le référendum sur l'UE avait des "conséquences énormes sur la nature de l'État britannique". Mais quelques heures après cette proposition, les dirigeants irlandais et de la province britannique d’Irlande du Nord se sont prononcés.

Un référendum sur la réunification ?

Ces derniers ont rejeté l’appel du Sinn Fein à organiser un référendum sur la réunification de l'île après la décision des Britanniques de sortir de l'Union européenne. Le Premier ministre irlandais Enda Kenny a estimé qu'il y avait "des questions bien plus urgentes dans l'immédiat". Selon les médias irlandais, le Parlement, en vacances actuellement, sera rappelé pour une session d'urgence lundi sur la décision britannique de quitter l'UE.

EN SAVOIR + >> Tout comprendre du Brexit 

Même son de cloche en face. La Premier ministre d'Irlande du Nord Arlene Foster a aussi rejeté l'idée d'un tel référendum. "Nous sommes entraînés dans le sillage d'un vote en Angleterre… Le Sinn Fein va maintenant faire pression pour un référendum sur la frontière", a dit le président du parti Declan Kearney. La possibilité d'une telle consultation est prévue dans les accords de paix de 1998 qui ont mis fin à des décennies de conflit armé entre républicains et unionistes. Mais avec comme condition qu'il y ait un large soutien de l'opinion publique. "Ce qui n'est pas le cas", a affirmé Mme Foster.

EN SAVOIR +
>> Brexit : les conséquences pour l'économie britannique (et la nôtre) >>  Brexit : les conséquences sur l'immigration >>  Explosion de joie dans le camp du "out", dévastation chez les "in"
>>  Ravi, le Front national réclame maintenant un Frexit >>  Le cri d'alarme de la gauche qui appelle à redynamiser l'Europe

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent