Brexit : l'annonce d'un accord redonne espoir aux professionnels français

International

Toute L'info sur

Le 20h

NEW DEAL – Londres et Bruxelles ont finalement trouvé un accord sur le Brexit ce jeudi 17 octobre, après des mois de négociations. Un texte qui doit désormais être validé par le Parlement britannique. De quoi rassurer les professionnels français, pour qui un "no deal" mettrait en péril leurs activités.

Ils retiennent leur souffle depuis plus de trois ans. L’annonce de l’accord de sortie trouvé ce jeudi 17 octobre apparaît comme un soulagement pour les professionnels français qui dépendent du Royaume-Uni. Pêcheurs, agriculteurs ou encore transporteurs routiers sont dans l’incertitude depuis l’annonce du divorce, le 23 juin 2016. Sans visibilité sur les modalités du Brexit, leur activité commerciale est en sursis, une sortie sans accord économique pouvant leur être fatale.

Même si un revirement de situation est encore possible, à deux semaines de la date définitive fixée le 31 octobre, le feuilleton du Brexit n’a jamais semblé aussi proche de se terminer. Reste à attendre le vote du Parlement britannique, qui doit valider ou non cet accord.

"Ça laisse un peu d’espoir "

"Aujourd’hui, miser dans la pêche avec l’histoire du Brexit, c’est un peu la roulette russe", avoue un pêcheur de Ouistreham, qui va chercher son poisson dans les eaux britanniques. Comme pour les routiers français, qui traversent la frontière anglaise des centaines de fois par jour, les modalités de la sortie du Royaume-Uni sont déterminantes pour son activité. 

Voir aussi

Même inquiétude chez les agriculteurs si aucun "deal" n’est voté, notamment concernant les subventions agricoles. La Grande-Bretagne contribuant à hauteur de 12 milliards d’euros au budget de la Politique agricole commune, son apport n’est pas négligeable.

Lire aussi

Si aucun accord n’est trouvé le 31 octobre, ces aides pourraient disparaître. Les délais d’acheminements, les modalités de déclaration aux douanes de marchandises seraient bouleversées. L’annonce d’un accord laisse donc "un peu d’espoir" aux professionnels, qui attendent désormais des précisions pour poursuivre sereinement leurs activités. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter