Brexit : Stéphane Le Foll met en garde le Royaume-Uni

Brexit : Stéphane Le Foll met en garde le Royaume-Uni

POLITIQUE - Invité au micro de France Info ce mercredi matin, le porte-parole du gouvernement a averti les Britanniques des enjeux d'une sortie de l'UE et dénoncé les arguments des pro-Brexit qui portent principalement sur l'immigration.

De toutes les sorties de la scène politique française recommandant à la Grande-Bretagne de rester dans l'Union européenne, celle de Stéphane Le Foll est peut-être celle qui est la plus chargée de menaces. En effet, alors que le référendum jeudi 23 juin doit déterminer si le pays choisit le camp du "in" ou du "out", le porte-parole ne s'est pas embarrassé d'arguments sentimentalistes pour faire connaître le fond de sa pensée – ou d'envolées dans la langue de Shakespeare, tel Hervé Martion .

S'il a parlé d'"un choix souverain qui doit être fait par la Grande-Bretagne et par les Britanniques", le porte-parole du gouvernement n'a pas fait de cadeau aux pro-Brexit, ce mercredi matin au micro de France Info. Surtout sur le plan de leurs arguments anti-migratoires, où il pense que les partisans de Boris Johnson et Nigel Farage "utilisent la peur". On parle de "maîtriser les flux migratoires, que c'est un enjeu colossal" et on laisse "penser que pour les autres sujets, et bien, on continuera à s'arranger".

A LIRE AUSSI >> Ce que le Brexit changerait sur... l'immigration

Bye bye le marché unique

Le porte-parole du gouvernement laisse alors la place au ministre de l'Agriculture : "Moi je le dis très clairement : la Grande-Bretagne quitte l'Europe ? Il n'y aura plus pour les agriculteurs de Grande-Bretagne d'aides européennes. Il faut que ce soit très clair. La Grande Bretagne quitte l'Europe mais on va garder le marché unique ? Non, il n'y aura plus de marché unique". Citant l'exemple de la Norvège et de la Suisse, non-membres de l’Union européenne, qui doivent payer pour avoir accès au marché unique, il poursuit : "Si les Anglais ne veulent pas payer, ils seront obligés de passer par une négociation de type accord commercial et il y aura des taxes qui seront négociées", a-t-il assuré.

"Donc je dis aux Anglais : vous croyez que le débat est sur l'immigration, et vous pensez que tout le reste ne va pas bouger ? Et bien vous perdrez sur l'immigration, et vous perdrez des avantages au niveau commercial", a conclu Stéphane Le Foll, demandant aux Britanniques de bien réfléchir avant de voter et de prendre tous les enjeux d’un Brexit en compte.

EN SAVOIR + 
>>  Brexit : mais au fait, que veut la Grande-Bretagne ?
>> David Cameron à Paris : c’est quoi ce "Brexit" qui affole l'Europe ?
>> 
Brexit : une majorité de Français pense que les Anglais vont quitter l’UE
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Dormir six heures ou moins entre ses 50 et 70 ans renforcerait le risque de démence

EN DIRECT - Limite des 10 km levée, couvre-feu allégé : les pistes du gouvernement pour le 2 mai

L'étonnante décision de Peugeot face à la pénurie de semi-conducteurs

Derek Chauvin reconnu coupable de meurtre du meurtre de George Floyd

Vacances : les destinations les plus prisées pour cet été

Lire et commenter