Bulgarie : un réseau de trafic de reins démantelé

International

JUSTICE - Quatre personnes qui dirigeaient un réseau de trafic d'organes ont été condamnées par la justice bulgare. Elles recrutaient des "donneurs" vulnérables et monnayer une transplantation de reins auprès de receveurs potentiels.

Les autorités bulgares ont démantelé un réseau criminel dont quatre membres ont été inculpés pour avoir recruté des personnes pauvres pour vendre leurs reins à des malades devant subir une greffe, a annoncé vendredi le parquet. Trois hommes et une femme ont été inculpés vendredi pour avoir recruté des donneurs de reins qu'ils ont mis en contact avec des personnes ayant besoin d'une transplantation rénale, a indiqué à la presse le procureur Dimitar Petrov.

Les transplantations étaient réalisées dans un hôpital en Turquie grâce à des faux papiers faisant croire que le donneur et le receveur étaient parents, a-t-il ajouté. Au moins cinq personnes ont bénéficié d'une greffe de rein grâce à ce trafic depuis février 2019, deux autres patients et trois donneurs potentiels étant en attente d'une intervention chirurgicale.

Entre 50.000 et 100.000 euros pour une transplantation

Les patients payaient entre 50.000 et 100.000 euros pour une transplantation, a ajouté la procureure Siyka Mileva, citée par l'AFP. Les donneurs, principalement des sans emplois pauvres et endettés, recevaient entre 5.000 et 7.000 euros après l'intervention chirurgicale.

Seules 22 greffes de reins ont été réalisées en Bulgarie cette année, alors que 1.028 personnes sont inscrites sur la liste d'attente des greffes, selon les chiffres du ministère bulgare de la Santé.

Sur le même sujet

Lire et commenter