Burkina Faso : le président renversé par le coup d’Etat reprend les rênes du pouvoir

 Burkina Faso : le président renversé par le coup d’Etat reprend les rênes du pouvoir

SORTIE DE CRISE - Michel Kafando a été officiellement rétabli dans ses fonctions mercredi, ainsi que le Premier ministre, le lieutenant-colonel Isaac Zida.

Un grand pas en avant vers une sortie de crise à Ouagadougou. Michel Kafando, le président burkinabé qui avait été renversé par un coup d’Etat il y a une semaine a été officiellement rétabli dans ses fonctions mercredi. Un accord a en effet été conclu mardi soir entre soldats loyalistes et putschistes, ce qui a fait baisser la tension. Le Premier ministre, le lieutenant-colonel Isaac Zida, l'ensemble du gouvernement et l'assemblée intérimaire ont eu aussi repris leurs postes, lors d'une cérémonie en présence de chefs d'Etat de la région à Ouagadougou.

Michel Kafando a rappelé que l'organisation d'élections démocratiques demeurait "l'objectif primordial" de la transition. "La réaction de notre jeunesse, la réprobation générale de la communauté internationale, la condamnation unanime de ce coup d'Etat confortent notre certitude que nous sommes sur la bonne voie et que notre cause est juste, advienne que pourra", a-t-il conclu sous les applaudissements.

Des questions encore en suspens

Michel Kafando avait été renversé le 17 septembre par un coup d'Etat mené par le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), unité d'élite de l'armée burkinabè et garde prétorienne de l'ancien président Blaise Compaoré. Le putsch avait mis un coup d'arrêt à l'organisation d'élections générales prévues le 11 octobre et censées clore la période de transition ouverte par la chute de l'ex-président, chassé par un soulèvement populaire en octobre 2014.

Dans la nuit, le général Gilbert Diendéré, cet ancien bras droit de Blaise Compaorè avait jeté l'éponge. Si le retour de Michel Kafando est désormais acté, des questions cruciales demeurent en suspens pour consolider la sortie de crise. Quid de l'amnistie demandée par les putschistes, alors qu'au moins 10 manifestants ont été tués et des dizaines d'autres blessés en une semaine ? Que deviendra le RSP, armée dans l'armée, dont le Premier ministre Isaac Zida, issu de ses rangs, a estimé mercredi "inimaginable de le conserver en l'état"?  Pour justifier leur coup de force, les soldats du RSP réclamaient notamment que la réintégration des partisans de Compaoré dans la compétition électorale. Ils en avaient été interdits par la transition, au motif qu'ils avaient soutenu l'ancien président dans son projet de changer la Constitution pour se maintenir au pouvoir. La Cédéao ne s'est pas prononcée sur ce point mais cette perspective divise profondément la population.

"Un serpent reste un serpent"

Mercredi après-midi, un millier de personnes s'étaient rassemblées pour dire "non à l'amnistie" des putschistes et manifester leur opposition catégorique à la réintégration de candidats pro-Compaoré.
"Un serpent reste un serpent. Il faut dissoudre le RSP sinon le problème va revenir", déclarait un des manifestants, Mahamadi Kouanda, animateur sportif. De leur côté, quelque 500 partisans de l'ancien président se sont rassemblés sur la grande place des Martyrs, brandissant des pancartes "Diendéré, notre fierté" ou "A bas l'exclusion".

"Tous les Burkinabè sont égaux et là, on veut empêcher des Burkinabè de se présenter (aux élections). Ils ont reproché à Compaoré de vouloir changer la Constitution, et maintenant ils la piétinent", jugeait l'un d'eux, Roger Zangré. Dans la capitale, les petits commerces avaient rouvert et les moto-taxis circulaient de nouveau en nombre. Les banques et administrations demeuraient toutefois fermées, tout comme l'aéroport international et les stations-essence, compliquant sérieusement le quotidien de ses habitants. Dans la nuit, la tension avait baissé d'un cran après la conclusion d'un accord entre putschistes et soldats loyalistes.

A LIRE AUSSI
>> Burkina : un accord entre loyalistes et putschistes, le président rétabli

>> Que se passe-t-il exactement au Burkina Faso ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Explosion du variant Delta malgré une vaccination massive : que nous disent les chiffres au Royaume-Uni ?

EN DIRECT - Covid-19 : le variant Delta représente 9% des cas en France, indique Gabriel Attal

Comment la propagation du variant Delta pourrait affecter nos vacances

Alerte météo : le département de l'Eure toujours en vigilance orange pour risque de crues

Ralentissement de la vaccination : les explications de Gérald Kierzek

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.