Burkina Faso : 2 heures avant l’arrivée de Macron, une grenade lancée contre des militaires français, 3 civils blessés

International

ATTAQUE - A Ouagadougou, deux individus masqués ont jeté une grenade sur un véhicule de l’armée française, lundi 27 novembre. Trois civils ont été blessés dont un grièvement. Une attaque survenue deux heures avant l’arrivée du président Macron dans la capitale burkinabè.

Emmanuel Macron s’apprête à y prononcer son grand discours sur l’Afrique. Et ce, alors que Ouagadougou a été le théâtre d'une attaque visant des militaires français lundi soir. Dans le nord de la capitale burkinabé, deux individus affublés d’une cagoule ont lancé une grenade sur un véhicule de l’armée française. Trois civils ont été blessés dont un grièvement, assure une source sécuritaire citée par l’AFP. 

Cette attaque est survenue à 20h00 (heure locale et GMT), deux heures avant l’arrivée du président français qui démarre sa tournée sur le continent africain. "L'objectif visé par les assaillants était le véhicule de l'armée française, qui n'a pas été touché", ajoute cette source. D'après un journaliste de l'AFP dépêché sur les lieux de l'attaque, l’explosion de la grenade a fait apparaître un trou dans le bitume. Une voiture a par ailleurs été fortement endommagée par la détonation. 

En prévision de l'arrivée d'Emmanuel Macron, un gros dispositif de sécurité avait été déployé dans le centre de la capitale burkinabé. L'attaque n'a pour l'heure pas été revendiquée.

En vidéo

QUE DIT MACRON DE L'AFRIQUE ?

Voir aussi

Ancienne puissance coloniale de ce qui était alors du territoire de la Haute Volta, la France entretient une coopération militaire ininterrompue avec les autorités du Burkina Faso depuis l’indépendance en 1960. 

Depuis 2010 et la montée de la menace djihadiste dans la bande sahélo-saharienne, des forces spéciales françaises, basées à Ouagadougou, apportent leur soutien aux forces de défense. Celles-ci sont notamment intervenues lors de l'attentat de janvier 2016 (30 morts) lorsque des djihadistes ont ouvert le feu sur des terrasses du centre ville. La capitale a subi en août un attentat similaire qui a fait 19 morts, alors que le pays fait face au Nord à sa frontière avec le Mali à des attaques récurrentes. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter