C'est quoi le Prix Charlemagne, qu'Emmanuel Macron a reçu ce jeudi

International
DirectLCI
RÉCOMPENSE - Ce jeudi, le président de la République a reçu des mains d'Angela Merkel le Prix Charlemagne récompensant "sa vision forte pour une nouvelle Europe". Décerné depuis 1950, de nombreuses personnalités politiques œuvrant pour l'unité de l'Europe ont déjà reçu ce prix prestigieux.

Ce jeudi 10 mai, Emmanuel Macron a reçu à Aix-la-Chapelle (Allemagne) le Prix Charlemagne. Récompensant "sa vision forte pour une nouvelle Europe", il lui a été remis par la chancelière allemande Angela Merkel. Emmanuel Macron a ensuite prononcé son quatrième grand discours européen après ceux d’Athènes, de l’université de la Sorbonne et récemment du Parlement européen. Comme chaque année, la cérémonie s'est tenue dans la salle de couronnement de l’hôtel de ville d’Aix-la-Chapelle, après la tenue d’une messe. 


Le Prix Charlemagne est décerné depuis 1950 le jeudi de l'Ascension. Sur le site internet du prix, on peut lire qu’il récompense "une contribution exceptionnelle à l’unification européenne" et qu’il est décerné à "des personnalités ou institutions se distinguant en raison de leur contribution exceptionnelle pour l’unité de l’Europe ou de l’union de ses Etats". D’ailleurs en 1969, le prix fut décerné pour la première fois à une institution européenne, la Commission des Communautés européennes. 

Simone Veil, Bill Clinton, Jean Monnet : des lauréats prestigieux

En 1981 Simone Veil fut la première femme à recevoir le prix. Ont également été récompensés Jean Monnet en 1953, Robert Schuman en 1958, le roi d'Espagne Juan Carlos Ier en 1982, Jacques Delors en 1992, Bill Clinton en 2000, Valéry Giscard d'Estaing en 2003, Angela Merkel en 2008 ou encore le pape François en 2016. Un "Prix Charlemagne exceptionnel" fut décerné à Jean-Paul II en 2004. Emmanuel Macron sera le deuxième chef d’Etat français en exercice à recevoir ce prix prestigieux, après François Mitterrand en 1988.

En remettant ce prix à Emmanuel Macron, les autorités locales d’Aix-la-Chapelle souhaitaient mettre en avant son engagement pro-européen alors que l’euroscepticisme se fait sentir dans de nombreux pays membres. Arrivé dans la capitale de l'empereur Charlemagne mercredi soir, le président français a lui-même reconnu, moins de 24 heures après l'intervention de Donald Trump sur le nucléaire iranien : "Nous sommes à un moment historique pour l'Europe". Dans une interview à la télévision publique allemande, il a ajouté que l'Europe était désormais "en charge de garantir cet ordre multilatéral que nous avons créé à la fin de la Seconde Guerre mondiale et qui est parfois aujourd'hui bousculé".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter