"C’est simple, il ne faisait pas du bon boulot" : Donald Trump justifie l’éviction du chef du FBI

DÉDAIN – Dans la tourmente après avoir limogé le patron du FBI, Donald Trump s’est justifié ce mercredi en disant que James Comey "ne faisait pas du bon boulot". Un argument peu audible alors que de nombreuses voix estiment que le président tente d’étouffer l’enquête sur les possibles liens entre ses équipes et la Russie.

La vie publique est parfois cruelle. Le patron du FBI l’a appris à ses dépens. Évincé mardi par Donald Trump, James Comey – qui a appris la nouvelle de son limogeage à la télévision – se retrouve désormais ciblé par les critiques du président américain et de ses proches. Des critiques qui s’ajoutent à la violence d’une décision ayant provoqué une véritable tempête outre-Atlantique, tant elle apparaît brutale, soudaine et surtout pleine d’arrières pensées. 

Et pour cause : de nombreuses voix, démocrates en tête, estiment que le président américain tente en fait d’étouffer la gênante enquête fédérale actuellement en cours sur les possibles liens entre ses équipes et la Russie. Des accusations que Donald Trump a balayées d’un revers de la main ce mercredi, en indiquant avoir limogé le chef du principal service de police judiciaire des Etats-Unis sur des critères professionnels seulement. "Il ne faisait pas du bon boulot, c'est très simple, il ne faisait pas du bon boulot", a lapidairement justifié le chef de l’Etat. 

"Vous avez intérêt à avoir une très bonne explication"

"Si l'administration avait de réelles objections à la façon dont le directeur Comey a géré l'enquête Clinton, elles auraient existé dès la prise de fonctions du président", a accusé le chef de l'opposition démocrate au Sénat, Chuck Schumer, l’un de ceux à soupçonner le pouvoir de vouloir entraver les investigations sur les contacts avec Moscou. Durant une audition publique hors normes au Congrès en mars, le premier flic des Etats-Unis avait confirmé l'existence d'une enquête sur une éventuelle "coordination" entre des membres de la campagne de Donald Trump et la Russie. 

En vidéo

Etats-Unis : le FBI contredit Trump sur des écoutes présumées commandées par Obama

Mais les questions ne viennent pas seulement des rangs de l’opposition démocrate. Plusieurs ténors républicains ont en effet exprimé leur embarras, voire leur incrédulité. "Lorsque vous virez l'un des personnages les plus respectés de l'Amérique, vous avez intérêt à avoir une très bonne explication, et jusqu'ici, je ne l'ai pas entendue", a lancé mercredi le sénateur John McCain sur CNN. Le chef de la puissante commission du Renseignement du Sénat, Richard Burr, qui mène sa propre enquête parlementaire, s'est, lui, déclaré "troublé" par le calendrier et les raisons avancées pour ce limogeage. 


Les détracteurs du locataire de la Maison-Blanche réclament aujourd'hui la nomination d'un procureur spécial, plus indépendant du pouvoir que les procureurs existants, pour superviser l'enquête. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter