"C'était une erreur" : le chef d'état-major américain regrette avoir marché en uniforme avec Trump

La présence du général Mark Milley aux côtés de Donald Trump a suscité de vives critiques.

MEA CULPA - Le général Mark Milley, chef d'état-major américain, a reconnu qu'il avait eu tort de marcher en uniforme aux côtés de Donald Trump, après la dispersion brutale d'une manifestation le 1er juin dernier près de la Maison Blanche.

Le général Mark Milley a regretté publiquement s'être montré en uniforme face aux manifestants. Le 1er juin, après la dispersion brutale d'une manifestation pacifique organisée près de la Maison Blanche après la mort de George Floyd, le haut gradé avait pris part à une marche aux côtés de Donald Trump. 

L’objectif, selon les services de la Maison Banche, était de libérer la route menant à l’église Saint John, située à proximité et qui avait été dégradée la veille, afin que le président américain puisse y être photographié, bible en main, entouré de plusieurs responsables, dont le chef d’état-major.

Toute l'info sur

Mort de George Floyd : l'indignation mondiale

Lire aussi

"Beaucoup d'entre vous ont vu les résultats de cette photo de moi sur Lafayette Square la semaine dernière, qui a provoqué un débat sur le rôle des militaires dans la société", a déclaré le général Milley dans un discours enregistré pour la remise des diplômes d'une faculté militaire de Notre Dame University. 

"Je n'aurais pas dû être là", a ajouté le militaire. "Ma présence à ce moment et dans cet environnement a pu donner l'impression que l'armée était impliquée dans la politique intérieure", a-t-il tenu à clarifier. "C'était une erreur dont j'ai tiré les leçons", a-t-il conclu.

Ces images du général Milley, marchant en tenue de camouflage derrière Donald Trump, avaient suscité de vives critiques d’anciens responsables militaires, notamment l’ex-ministre de la Défense Jim Mattis. La Maison Blanche a vivement défendu la décision et sortie de Donald Trump, évoquant sa volonté de "faire passer un message fort" et le comparant même au Premier ministre britannique Winston Churchill pendant la Seconde Guerre mondiale

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Épidémie "préoccupante", restrictions locales : le gouvernement change de ton

EN DIRECT - 31.519 cas de Covid-19 recensés en 24 heures, du jamais vu depuis novembre dernier

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

Lire et commenter