Barrage d'Oroville : après les évacuations, la menace s’éloigne mais l’état d’alerte demeure

DirectLCI
MENACE - Près de 200 000 personnes restent sous ordre d'évacuation en Californie face au risque d'effondrement d'un réservoir du plus haut barrage des Etats-Unis, qui pourrait provoquer des inondations massives. Le danger immédiat semblait reculer lundi 13 février, mais la journée de jeudi pourrait être décisive.

L'état d'urgence est toujours de mise à Oroville (Californie), où le barrage menace toujours de s'effondrer. Alors que le danger semble écarté, les ressources gouvernementales de l'Etat restent mobilisées au secours de la région, tandis que l'ordre d'évacuation des habitants est toujours de mise, le temps pour les autorités d'évaluer la solidité du déversoir principal, parallèle au déversoir auxiliaire, également endommagé. 


Le réservoir du barrage d'Oroville, situé à 120 km au nord de Sacramento, est plein à ras bord après des semaines de fortes pluies. Les inquiétudes concernent le déversoir auxiliaire d'urgence en raison de l'érosion du haut d'un mur bétonné qui a commencé à laisser échapper de l'eau samedi 11 février. Les autorités ont organisé un lâcher d'eau de 2830 m3 par seconde depuis le bassin réservoir pour faire baisser le niveau d'eau, ce qui a permis de stopper le flux vers le déversoir auxiliaire, selon un porte-parole du département des ressources en eau, Doug Carlson, cité par le journal Sacramento Bee.

Les pompiers sont repartis avant les habitants

Lundi 13 février, le porte-parole du Pentagone Jeff Davis a déclaré aux journalistes que l'armée fédérale serait prête à venir en aide à la Californie si le réservoir du barrage cédait. "Nous suivons la situation de très près", "nous sommes en contact avec la garde nationale en Californie et [...] avec la Fema", l'agence fédérale de gestion des situations d'urgence, a-t-il expliqué.


Lors d'une conférence de presse, le shérif du comté de Butte, Kory Honea, a indiqué qu'il n'y avait "plus d'eau s'échappant du déversoir auxiliaire" mais qu'il était trop tôt pour autoriser le retour de la population dans la zone. Preuve de l'amélioration de la situation, des équipes de pompiers spécialisées dans les évacuations lors d'inondations massives sont reparties d'Oroville lundi.

Le barrage n'est plus aux normes depuis des années

188.000 personnes sont encore toutefois sous l'ordre d'évacuation reçu ce dimanche face au risque "de vastes déversements d'eau incontrôlés". Beaucoup ont passé la nuit dans des abris de la Croix-Rouge ou improvisés dans des écoles, des gymnases ou des bases militaires. Les autorités disposent de deux à trois jours de répit avant un retour de la pluie prévu ce mercredi soir ou jeudi pour plusieurs jours, qui fera remonter le niveau de l'eau.

Le barrage d'Oroville est en service depuis 1968 et sa digue de 235 mètres en fait le plus haut des Etats-Unis. D'après le quotidien local Mercury News, trois associations de défense de l'environnement avaient déposé une motion fédérale il y a douze ans déjà affirmant que le barrage n'était pas aux normes de sécurité modernes et qu'en cas de fortes pluies, il pourrait "causer des dégâts et mettre en danger les vies dans la plaine en aval".

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter