Cambodge : un homme sauve des vies... avec des savons

International
DirectLCI
ONG - Samir Lakhani recycle les savons à peine utilisés des hôtels de tout le pays pour en fabriquer de nouveaux. Résultat : un produit vital distribué dans les écoles, et du travail pour les habitants.

Samir Lakhani : retenez bien ce nom. Ce jeune Américain tout juste sorti des bancs de l'université de Pittsburgh a eu l'idée de recycler, au Cambodge, de vieux savons pour en fabriquer de tout neufs et les distribuer dans les villages ruraux, où 75 % des habitants sont dépourvus de tout produit de base. 600.000 de ces savons bariolés ont déjà été distribués. 


L'ONG, intitulée "Eco-Soap Bank", s'appuie sur trois ateliers, où une trentaine de Khmers travaillent", confie le jeune homme au Figaro. Les produits sont ensuite acheminés dans les écoles, ou vendus à des prix dérisoires par des femmes, embauchées elle aussi par Samir Lakhani. "Elles gagnent leurs vies en aidant leurs villages", s'enthousiasme le militant. 

Se laver les mains diminue de 60 % le risque d'infectionsSamir Lakhani, Eco-Soap Bank

Pourquoi le savon ? "Il a été prouvé que se laver les mains diminue de 60 % le risque d'infections", peut-on lire sur le site d'Eco-Soap Bank. Dans un pays où la mortalité infantile est la plus élevée d'Asie du Sud-Est, le chiffre prend du sens. Faute de moyens et de prévention suffisante sur les gestes d'hygiène, "les gens meurent de diarrhées, de typhoïdes, ils sont infectés par les parasites. Le détergent qu'ils utilisent à défaut de savon peut les rendre aveugles. Bon nombre d’entre eux n’ont jamais vu de savon de leur vie !", s'indigne le patron de l'Organisation non-gouvernementale auprès du Figaro


Samir Lakhani, déjà aidé logistiquement par un bon réseau d'associations humanitaires, veut aller encore plus loin. "Mon plus gros défi, c’est d’atteindre les villages les plus inaccessibles. Il faut parfois des heures de forêt ou de boue pour gagner les villages oubliés du pays", regrette celui "rêve de pouvoir livrer toutes les écoles du pays en savons". 


Pour en savoir plus ou faire un don à Eco-Soap Bank, cliquer ici

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter