Cameroun : un journaliste de RFI condamné à 10 ans de prison

Cameroun : un journaliste de RFI condamné à 10 ans de prison
International

JUSTICE - Ahmed Abba a toujours clamé son innocence. En vain. Ce journaliste camerounais travaillant pour Radio France Internationale a été reconnu coupable de "terrorisme" et "non dénonciation" d'actes de terrorisme, dans le cadre de sa couverture des attaques de Boko Haram. Le reporter a été condamné à dix ans de prison.

Ahmed Abba a été arrêté en juillet 2015 à Maroua, dans l’extrême nord du pays. On lui reprochait alors d’être entré en contact avec des membres du groupe islamiste Boko Haram et de ne pas avoir partagé les informations recueillies aux autorités. Un non-sens que soulignait en 2016 Denis Nkebo, le président du syndicat national des journalistes du Cameroun : "C'est un principe inaliénable du journalisme (que de protéger ses sources). Nous avons l'impression que les autorités confondent le rôle du journaliste avec celui d'agent du renseignement".

Un procès inéquitable, selon les organisations de défense des droits de l'homme

Mais pour la justice camerounaise, les accusations sont justifiées. Des preuves, trouvées dans l'ordinateur du journaliste et faisant état de rencontres avec des présumés terroristes, sont brandies contre lui. Le verdict du tribunal militaire de Yaoundé est tombé ce lundi : Ahmed Abba écopé de 10 ans de prison. "Une décision incompréhensible" regrette la direction de RFI dans un communiqué. Le journaliste, qui risquait la peine de mort, a également été condamné à verser une amende de près de 84.000 euros (56 millions de francs CFA).

La défense qui critique, aux côtés des organisations de défense des droits de l’homme, un procès inéquitable et des actes de torture sur le prévenu, a d’ores et déjà annoncé qu’elle fera appel. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Lutte contre l'islamisme : l'hommage de l'Assemblée nationale à Samuel Paty

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

EN DIRECT - Covid-19 en Ile-de-France : en réanimation, "les chiffres montent très vite, trop vite"

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent