Attaque d'une mosquée de Québec : le suspect est un admirateur de Donald Trump et Marine Le Pen

International
DirectLCI
CANADA - Depuis son arrestation lundi, le profil du suspect de la fusillade qui a fait six morts dans une mosquée de Québec se dessine peu à peu. Alexandre Bissonnette était connu sur les réseaux sociaux comme un sympathisant de Marine Le Pen et de Donald Trump. Ses camarades d’université le décrivent comme un étudiant solitaire et introverti.

Alexandre Bissonnette, âgé de 27 ans, a été mis en examen pour homicide avec préméditation lundi et tentative d'homicide. Le jeune homme était inconnu des services de police mais très remarqué dans le milieu militant de Québec. Les membres du collectif "Bienvenue aux réfugié.es - Ville de Québec" indiquent sur leur page Facebook avoir appris l’identité du terroriste présumé "avec douleur et colère". L’étudiant en sciences sociales était "malheureusement connu de plusieurs militants à Québec pour ses prises de positions identitaires, pro-Le Pen et anti-féministes à l'université Laval et sur les réseaux sociaux", ajoutent-ils.

Un radicalisme politique ouvertement affiché sur son propre compte Facebook (dorénavant fermé). Alexandre Bissonnette y encense pêle-mêle la présidente du Front National, Marine Le Pen, le nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump, le Parti séparatiste québecois, mais aussi le Nouveau Parti démocratique canadien, le plus à gauche des grands partis du parti. On y trouve également des posts valorisant l'Armée de défense d'Israël.


"Je l'avais rejeté comme xénophobe. (...) Il était fasciné par un mouvement nationaliste proche du racisme", a déclaré au journal Globe and Mail un de ses camarades de l'université de Laval, Vincent Boissoneault. Jean-Michel Allard-Prus, avance de son côté à nos confrères du Journal de Québec, être l’un des rares qui lui parlaient à l’Université. Ce camarade de classe reconnait que ce grand timide, amateur de chasse et du groupe de thrash metal américain Megadeath, a "des idées politiques à droite, pro-Israël, anti-immigration". "J’ai eu de nombreux débats avec lui concernant Trump. Il était évidemment pro-Trump", ajoute-t-il. 

Il répliquait aux insultes, mais jamais avec de la violence physiqueUn élève de son lycée

Un portrait dépeint par de nombreux autres étudiants. "C'était un grand lecteur, (...) l'histoire et les questions de société, les questions politiques, ce genre de sujets", relate un ancien camarade de lycée, Simon de Billy. "Il était un peu solitaire, toujours avec son frère jumeau, il n'avait aucun ami."


D’aucuns ne le dépeignent cependant comme violent. "Il répliquait aux insultes, mais jamais avec de la violence physique (...) Son frère et lui ne s’intégraient pas au reste des étudiants", raconte Mikael Labrecque Berger, un autre élève de son lycée.


Alexandre Bissonnette vivait toujours au domicile de ses parents à Cap-Rouge, où les policiers ont mené une perquisition ce lundi.

En vidéo

Attentat de Québec : la tour Eiffel éteinte en hommage aux victimes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter