Français disparus au Québec : que sait-on de ce tragique accident de motoneige ?

Français disparus au Québec : que sait-on de ce tragique accident de motoneige ?
International

RECHERCHÉS - Cinq Français originaires de la région Grand Est sont toujours portés disparus ce vendredi, trois jours après le terrible accident de motoneige dont ils ont été victimes au Québec. Leur guide, un Canadien, est décédé. Au total, six engins ont été retrouvés lors des intenses recherches menées par les services canadiens de secours. Voici ce que l'on sait de ce drame.

L'espoir est quasiment réduit à néant. Trois jours après l'accident dont ils ont été victimes, les recherches se poursuivent ce vendredi pour tenter de retrouver les cinq Français portés disparus dans le nord du Québec, suite à une excursion en motoneige à l'issue tragique. Mardi en début de soirée, aux abords du lac Saint-Jean, la glace a cédé sous le poids de leurs engins. Introuvable depuis, le groupe d'amis était pourtant accompagné d'un guide, décédé dans l'accident. De quoi interroger quant aux circonstances du drame. 

Lire aussi

Que s'est-il passé ?

Un convoi de huit touristes français et leur guide est parti lundi matin de Saint-Michel-des-Saints pour une excursion dans les plaines enneigées québécoises. Point de départ : le centre de location de matériel de sport d'hiver Haute-Matawinie. Lieu d'arrivée : les monts Valin, à 500 km de là. Le groupe est arrivé sans encombre au Relais 22 milles de La Tuque, le lundi soir, mais n'a jamais atteint leur seconde escale, prévue à l'Auberge des îles, à Saint-Gédeon.

Au cours de la journée, le guide québécois et ses clients ont quitté le sentier balisé pour s'aventurer sur le lac Saint-Jean. C'est là que la glace s'est brisée. Deux des touristes ont alors repêché l'un de leurs compagnons dont la motoneige était tombée à l'eau. Ensemble, ils ont trouvé refuge dans un magasin d'alimentation à Saint-Henri-de-Taillon, prévenu les secours, puis sont parti à la recherche du reste du groupe. 

Rapidement appelées en renfort, la police et l'armée ont finalement retrouvé le guide de l'expédition, décédé. Deux motoneiges semblables à celles utilisées par les touristes disparus ont également été découvertes au fond de l'eau, dans le même secteur, en fin d'après-midi. Mais aucun corps n'a encore été retrouvé à proximité. Les recherches se poursuivent. 

Lire aussi

Qui sont les victimes ?

Montréalais de 42 ans, Benoît L'Espérance, était un guide accrédité pour promener passants et touristes dans l'hiver québécois. Il est mort dans la nuit de mardi à mercredi, à l'hôpital.

Le consul général adjoint de France au Québec, Laurent Barbot, qui s'est rendu sur place, a déclaré aux journalistes que les touristes français disparus "viennent de l'Est de la France". Une information confirmée par la chaîne de télévision France 3 Grand Est, qui déclarait hier que les cinq touristes portés disparus, âgés de 24 à 58 ans, sont originaires d'Alsace ou des Vosges. Le quotidien Dernières Nouvelles d'Alsace précise que cinq des huit touristes français étaient "un groupe de copains" venant de la région de Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). Ce jeudi, le biathlète français Fabien Claude a annoncé jeudi que son père, Gilles, faisait partie des disparus. 

Selon ces deux sources, les trois survivants sont également originaires du département du Haut-Rhin. Ils ont été hospitalisés dans un établissement de la ville d'Alma. "Ils sont en bonne santé, ils ont subi quelques engelures et un choc nerveux", a expliqué un porte-parole de la Sûreté du Québec, Hugues Beaulieu.

La zone est-elle réputée dangereuse ?

"Ce secteur ne faisait pas partie d'un sentier balisé, ils étaient en hors piste", a confirmé Hugues Beaulieu. Selon les médias locaux, les touristes et leur guide voulaient peut-être emprunter un raccourci pour rejoindre leur destination finale. Pourtant, "les personnes qui connaissent l'endroit savent qu'il ne faut pas aller dans ce secteur parce que la glace est très fragile en raison des courants", a expliqué à Radio-Canada Gaétan Gagné, président du club des motoneigistes du lac Saint-Jean.

Le Journal du Québec assure quant à lui "les habitants du coin connaissent bien le secteur de la Grande Décharge, près de l'île Beemer : la glace ne prend jamais".

Où en est l'enquête ?

Mardi en début d'après-midi, dès les premières investigations, l'un des hélicoptères de la police s'est écrasé sur le lac glacé. Le pilote était seul à bord et a été hospitalisé. Il est blessé, mais ses jours ne sont pas en danger. D'importantes recherches continuent depuis, avec l'aide de plongeurs et de deux hélicoptères. Après d'intenses recherches dans le lac, situé à environ 225 km au nord de la ville de Québec, les autorités ont annoncé jeudi après-midi avoir retrouvé quatre nouvelles motoneiges, dans le même secteur où deux autres avaient déjà été retrouvées. Une découverte qui confirme l'hypothèse la plus pessimiste, selon laquelle les cinq touristes ont sombré dans les eaux glacées avec leur machine.

La ministre par intérim de la Sécurité publique au gouvernement québécois, Andrée Laforest, avait annoncé plus tôt l'ouverture d'une enquête, assurant être en contact avec les autorités françaises et les familles des disparus. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent