Canada : la famille avait monté un trafic de drogue digne de "Breaking Bad"

Canada : la famille avait monté un trafic de drogue digne de "Breaking Bad"

International
DirectLCI
DROGUE - Un ancien professeur de chimie reconverti dans la fabrication de drogues de synthèse, ainsi que ses deux fils et son épouse, ont comparu jeudi au tribunal pour fabrication et possession de drogue.

Toute la famille était impliquée. Un ancien professeur de chimie reconverti dans la fabrication de drogues de synthèse, ainsi que sa femme et ses deux fils, ont comparu jeudi au tribunal pour fabrication et possession de drogue dans une affaire digne de la série à succès "Breaking Bad". Docteur en chimie, ancien membre du Conseil de la recherche du Canada et ex-professeur à l'Université Laval à Québec, le père de famille de 66 ans a été interpellé avec son fils aîné de 26 ans, dans un laboratoire clandestin à Lake Baker (Nouveau-Brunswick), en limite du Québec et à une vingtaine de kilomètres des Etats-Unis.

Après un an d'enquête, la police avait annoncé mercredi l'arrestation de cette famille et le démantèlement de deux laboratoires clandestins. Son épouse, 55 ans, relâchée après son interrogatoire, et son deuxième fils de 24 ans, ont été interpellés à Québec et dans sa région.

Une caméra installée dans la maison

Au cours de ses perquisitions, la police a saisi "des documents et de l'équipement reliés à la production de substances", une importante quantité d'ecstasy, des "substances chimiques servant à la fabrication de drogues de synthèse" et des armes, selon le communiqué de la Sûreté du Québec. Les "laboratoires de production de drogues de synthèse hautement sophistiqués (...) avaient une capacité de production estimée de 1,5 million de cachets par semaine", a indiqué la police.

Au tribunal, l'enquêteur Roger Ferland, a raconté que la police avait installé une caméra à l'intérieur d'une petite maison de Lake Baker, où le laboratoire avait été installé récemment, selon le témoignage reproduit jeudi dans le journal local Acadie Nouvelle.  "On a pu voir travailler les suspects en pleine action", a-t-il ajouté. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter