Canal de Suez : la tentative de renflouer le porte-conteneurs a échoué

Canal de Suez : la tentative de renflouer le porte-conteneurs a échoué

STATU QUO - Une tentative de renflouer le porte-conteneurs de 400 mètres de long Ever Given, coincé depuis quatre jours en travers du canal de Suez, a échoué vendredi. Du renfort est attendu ces prochains jours.

Le fret maritime mondial embourbé dans le canal de Suez pour plusieurs jours, voire semaines ? Les efforts se poursuivent vendredi pour dégager un porte-conteneurs de 400 mètres de long coincé depuis quatre jours. Des efforts qui, pour l'instant, ne se révèlent pas payants : la tentative de renflouage qui s'est déroulée ce vendredi a échoué.

Toute l'info sur

Le canal de Suez bloqué une semaine par un porte-conteneur géant

L'opération du jour "n'a pas réussi", a indiqué la Bernhard Schulte Shipmanagement (BSM), compagnie basée à Singapour qui assure la gestion technique du navire. Par conséquent, "deux remorqueurs supplémentaires de 220 à 240 tonnes" vont arriver d'ici dimanche pour aider à la remise à flot du navire. Un soutien de poids pour l'Autorité égyptienne du canal de Suez (SCA) : depuis mercredi, cette dernière tente de dégager le navire de plus de 220.000 tonnes. Il faudrait retirer de 15.000 à 20.000 mètres cubes de sable pour atteindre une profondeur de 12 à 16 mètres et remettre le navire à flot, explique la SCA qui a précisé vendredi que 87% du processus de retrait du sable avait été effectué par les dragues.

Des propositions d'aides internationales

Seule éclaircie au tableau : une importante marée haute, prévue en début de semaine prochaine, pourrait aider les équipes techniques à débloquer le navire. En attendant, l'Egypte a reçu plusieurs propositions d'aide internationales, notamment des États-Unis, selon la SCA. La Turquie a également proposé d'envoyer un remorqueur pour tracter le porte-conteneurs, une proposition d'aide qui intervient au moment où Ankara s'efforce d'apaiser ses relations avec Le Caire, tendues depuis le renversement en 2013 du président Mohamed Morsi, que soutenait le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan. 

L'incident survenu mardi et provoqué par des vents violents combinés à une tempête de sable a entraîné des embouteillages massifs. D'après la revue spécialisée Lloyd's list, plus de 200 navires sont bloqués aux deux extrémités et dans la zone d'attente située au milieu du canal, entraînant d'importants retards dans les livraisons de pétrole et d'autres produits, avec une brève répercussion sur les cours de l'or noir mercredi.

Lire aussi

Le géant du transport maritime Maersk et l'allemand Hapag-Lloyd ont indiqué jeudi qu'ils envisageaient de dérouter leurs navires et de passer par le Cap de Bonne-Espérance, soit un détour de 9000 kilomètres et 10 jours supplémentaires autour du continent africain. Or, les coûts globaux sont élevés dans le domaine du transport maritime de marchandises en conteneurs. Selon Lloyd's list, le porte-conteneurs coincé bloque chaque jour l'équivalent d'environ 9,6 milliards de dollars (8,1 milliards d'euros) de marchandises.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Lire et commenter